Le marché de l’occasion est une chose merveilleuse; vous ne savez jamais ce que vous pourriez trouver à vendre pour quelques centimes sur le dollar simplement parce qu’il a quelques années de retard. Vous pourrez peut-être même récupérer des composants électroniques retirés d’un avion militaire lors de son dernier radoub. Cela semble être comment [Adrian Smith] a mis la main sur une unité d’affichage de contrôle (CDU) installée à l’origine dans un hélicoptère «Merlin» AgustaWestland AW101 de la Royal Air Force. Non content de simplement le jeter sur une étagère, il décida de jeter un coup d’œil à l’intérieur du module de cockpit robuste et de voir s’il ne pouvait pas comprendre comment cela fonctionne.

Sans surprise, [Adrian] n’a pas pu trouver beaucoup d’informations sur cet appareil sur l’Internet public. Les militaires sont assez drôles comme ça. Mais un examen attentif du burn-in sur l’écran plasma orange sur noir du CDU semble indiquer qu’il a quelque chose à voir avec les systèmes de communication de l’hélicoptère. Fait intéressant, même si l’appareil n’est pas strictement fonctionnel à l’extérieur de l’avion, il dispose d’un système d’auto-test et de diagnostic assez complet à bord. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo après la pause, il y avait plusieurs menus et fonctions de test avec lesquels il était capable de jouer une fois qu’il était allumé sur le banc.

Avec le boîtier fissuré, [Adrian] trouvé trois PCB distincts en plus de l’écran et du panneau de clavier sur la face du CDU. La première carte est probablement responsable de la communication avec les systèmes internes de l’hélicoptère, car elle comprend un module d’interface MIL-STD-1553B, des puces UART et plusieurs émetteurs-récepteurs RS-232 / RS-485. Le deuxième PCB a un microcontrôleur AMD 32 bits et semble servir de clavier et de contrôleur d’affichage, fournissant éventuellement également l’interface utilisateur intégrée. La dernière carte semble être le cerveau de l’opération, avec un processeur Motorola 68EC020 25 MHz et 1 Mo de flash.

Tout le matériel à l’intérieur du CDU est assez générique, mais c’est probablement le point. [Adrian] théorise que le dispositif sert en quelque sorte d’un module d’interface pilote générique et, lorsqu’il est installé dans le Merlin, peut prendre diverses fonctions en fonction du logiciel qui y a été chargé. Il a trouvé des images en ligne qui semblent montrer jusqu’à trois CDU identiques dans le cockpit, tous exécutant vraisemblablement un système différent.

[Adrian] a découvert des informations de diagnostic intéressantes en cours de vidage sur les connecteurs arrière de la CDU, mais il est encore loin de mettre l’appareil à une quelconque utilisation pratique. Si des lecteurs de Hackaday ont des informations privilégiées sur ce type de matériel, nous aimerions certainement en entendre parler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire !
Entrez votre nom ici