À l’intérieur de la longue expérience japonaise d’automatisation des soins aux personnes âgées

Le Japon développe des robots pour s’occuper des personnes âgées depuis plus de deux décennies, les investissements publics et privés s’étant nettement accélérés dans les années 2010. En 2018, le gouvernement national à lui seul avait dépensé bien plus de 300 millions de dollars pour financer la recherche et le développement de tels dispositifs. À première vue, la raison de la course à la robotisation des soins peut sembler évidente. Presque tous les articles de presse, présentations ou articles universitaires sur le sujet sont précédés d’une série de faits et de chiffres anxiogènes sur le vieillissement de la population japonaise : les taux de natalité sont inférieurs aux niveaux de remplacement, la population a commencé à diminuer et, bien qu’en 2000, il y ait eu environ quatre adultes en âge de travailler pour chaque personne de plus de 65 ans, d’ici 2050, les deux groupes seront proches de la parité. Le nombre de personnes âgées nécessitant des soins augmente rapidement, tout comme le coût de leur prise en charge. Dans le même temps, la pénurie déjà importante de travailleurs sociaux devrait s’aggraver au cours de la prochaine décennie. Il ne fait aucun doute que de nombreuses personnes au Japon considèrent les robots comme un moyen de remplacer ces travailleurs disparus sans payer de salaires plus élevés ni être confrontés à des questions difficiles sur l’importation de main-d’œuvre immigrée bon marché, que les gouvernements conservateurs japonais successifs ont tenté de réduire.

Les robots de soins se présentent sous différentes formes et tailles. Certains sont destinés aux soins physiques, y compris les machines qui peuvent aider à soulever les personnes âgées si elles sont incapables de se lever par elles-mêmes ; aider à la mobilité et à l’exercice ; surveiller leur activité physique et détecter les chutes ; les nourrir; et aidez-les à prendre un bain ou à aller aux toilettes. D’autres visent à impliquer socialement et émotionnellement les personnes âgées afin de gérer, de réduire et même de prévenir le déclin cognitif ; ils pourraient également fournir de la compagnie et une thérapie aux personnes âgées seules, faciliter la gestion des personnes atteintes de maladies liées à la démence pour le personnel soignant et réduire le nombre de soignants requis pour les soins quotidiens. Ces robots ont tendance à être coûteux à acheter ou à louer, et jusqu’à présent, la plupart ont été commercialisés auprès des établissements de soins pour bénéficiaires internes.

De plus en plus de preuves montrent que les robots finissent par créer Suite travailler pour les soignants.

Au Japon, les robots sont souvent considérés comme une solution naturelle au « problème » des soins aux personnes âgées. Le pays possède une vaste expertise en robotique industrielle et a été le leader mondial pendant des décennies dans la recherche sur les robots humanoïdes. Dans le même temps, de nombreux Japonais semblent, du moins en surface, accueillir favorablement l’idée d’interagir avec des robots dans la vie de tous les jours. Les commentateurs évoquent souvent des explications religieuses et culturelles supposées pour cette affinité apparente, en particulier une vision du monde animiste qui encourage les gens à considérer les robots comme ayant une sorte d’esprit qui leur est propre, et l’énorme popularité des personnages de robots dans les mangas et l’animation. Les entreprises de robotique et les décideurs politiques favorables ont promu l’idée que les robots de soins allégeraient le fardeau des travailleurs sociaux et deviendraient une nouvelle industrie d’exportation majeure pour les fabricants japonais. Le titre de non pas un mais deux livres (publiés en 2006 et 2011 et écrits respectivement par Nakayama Shin et Kishi Nobuhito) résume cette conviction : Les robots sauveront le Japon.

Robear prêt à soulever une personne lors d'une manifestation de presse.
Le Japon est un pionnier de l’automatisation des soins. Parmi les appareils bien connus, citons ce prototype de robot de levage, Robear.

La réalité, bien sûr, est plus complexe, et la popularité des robots parmi les Japonais repose en grande partie sur des décennies de promotion incessante par l’État, les médias et l’industrie. Accepter l’idée de robots est une chose ; être prêt à interagir avec eux dans la vraie vie en est une autre. De plus, leurs capacités réelles sont loin derrière les attentes façonnées par leur image hype-up. C’est quelque chose d’une vérité gênante pour les passionnés de robots que malgré la publicité, le soutien du gouvernement et les subventions – et les véritables réalisations technologiques des ingénieurs et des programmeurs – les robots ne figurent vraiment dans aucun aspect majeur de la vie quotidienne de la plupart des gens au Japon, y compris soins aux personnes âgées.

Une grande enquête nationale auprès de plus de 9 000 établissements de soins aux personnes âgées au Japon a montré qu’en 2019, seulement 10 % environ ont déclaré avoir introduit un robot de soins, tandis qu’une étude de 2021 a révélé que sur un échantillon de 444 personnes qui fournissaient des soins à domicile, seulement 2 % avait de l’expérience avec un robot de soins. Il existe des preuves suggérant que lorsque des robots sont achetés, ils finissent souvent par n’être utilisés que pendant une courte période avant d’être enfermés dans un placard.

Mes recherches se sont concentrées sur cette déconnexion entre la promesse des robots de soins et leur introduction et utilisation réelles. Depuis 2016, j’ai passé plus de 18 mois à mener des recherches ethnographiques sur le terrain au Japon, notamment dans une maison de retraite qui en testait trois : Hug, un robot de levage ; Paro, un sceau robotisé ; et Pepper, un robot humanoïde. Hug était destiné à empêcher les soignants d’avoir à soulever manuellement les résidents, Paro à proposer une forme robotique de thérapie animale (tout en agissant également comme une aide à la distraction pour certaines personnes atteintes de démence qui ont fait des demandes répétées au personnel tout au long de la journée), et Pepper à organiser des séances d’exercices récréatifs afin que le personnel soit libéré pour d’autres tâches.

Satsuko Yatsuzaka (84 ans) tient un robot thérapeutique nommé Paro à la maison de retraite Suisyoen.
Paro, un sceau animatronique flou, est destiné à fournir une forme robotique de thérapie animale.

KIM KYUNG HOON/REUTERS/ALAMY

Mais les problèmes sont vite apparus. Le personnel a cessé d’utiliser Hug après seulement quelques jours, affirmant qu’il était fastidieux et fastidieux de se déplacer d’une pièce à l’autre, ce qui réduisait le temps dont ils disposaient pour interagir avec les résidents. Et seul un petit nombre d’entre eux ont pu être soulevés confortablement à l’aide de la machine.

Paro a été accueilli plus favorablement par le personnel et les résidents. En forme de phoque pelucheux et doux, il peut faire du bruit, bouger la tête et remuer la queue lorsque les utilisateurs le caressent et lui parlent. Au début, les soignants étaient plutôt satisfaits du robot. Cependant, des difficultés sont rapidement apparues. Une résidente a continué d’essayer de « peau » Paro en enlevant sa couche extérieure de fourrure synthétique, tandis qu’une autre a développé un attachement très étroit, refusant de manger ou d’aller se coucher sans l’avoir à ses côtés. Le personnel a fini par devoir surveiller de près les interactions de Paro avec les résidents, et cela n’a pas semblé réduire les comportements répétitifs des personnes atteintes de démence sévère.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.