Rogelio Rodríguez Soberanes
Rogelio Rodríguez Soberanes
Directeur d’usine,
Cacao ECOM
Veracruz, Mexique

Cette histoire fait partie d’une série sur la façon dont les innovations cachées produisent les aliments que nous mangeons aux prix que nous payons. Il a été modifié par souci de longueur et de clarté. Comme dit à Krithika Varagur.

Nous obtenons nos haricots de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, de l’Équateur, de la République dominicaine, du Pérou, de la Colombie et ici même au Mexique. Puisque nous sommes entre les récoltes, nous sommes en train d’acheter tous les grains pour l’année prochaine. Lorsque nous planifions la production pour l’année prochaine, nous savons exactement de combien de tonnes nous avons besoin.

J’ai commencé à travailler ici en 2003. Notre capacité était alors de 7 000 tonnes par an, et maintenant nous traitons 40 000 tonnes par an. En 2010, nous avons considérablement augmenté notre production de produits de cacao. Puis en 2016, nous avons commencé à fabriquer certains produits, comme les guimauves et les amandes enrobées de chocolat, en interne, ce qui a été un très grand changement. Nous vendons à de nombreux clients différents ici au Mexique, comme Hershey, Mars, etc., et nous devons être compétitifs. Il est très important de produire efficacement, car les produits à base de cacao sont des marchandises et le coût de production est la chose la plus importante. Si vous n’êtes pas compétitif, vous êtes absent. À l’échelle mondiale, ECOM traite environ 10% du cacao mondial; l’usine mexicaine transforme à elle seule environ 1% du total mondial.

Il existe de nombreux processus différents dans notre usine, qui sont tous pour la plupart automatisés maintenant: torréfaction des fèves, broyage du sucre, fonte du beurre de cacao, poudre de cacao, tempérage, moulage, emballage. Nous travaillons principalement avec des machines européennes. Tous les systèmes d’automates programmables [basically, the computers that tell the larger machine what to do] viennent de Siemens en Allemagne, et nous avons également investi environ 3 millions de dollars il y a cinq ans dans des machines de Royal Duyvis Wiener aux Pays-Bas. C’est la plus grande différence.

Cette usine a démarré il y a environ 20 ans avec de nombreuses machines anciennes achetées par ECOM à Nestlé, lorsque Nestlé a fermé son usine au Mexique, et leurs machines étaient presque à 100% manuelles. Aujourd’hui, nous avons essentiellement deux opérateurs dans une salle de contrôle qui surveillent toutes les fenêtres et tous les écrans, et environ 95% de notre travail à l’usine se fait avec des ordinateurs. Le coût du personnel est donc également plus bas maintenant. Nous avons environ 100 personnes dans tout l’établissement. La taille de l’équipement a également changé; il y a 20 ans, un gros torréfacteur avait peut-être une capacité d’une demi-tonne, et maintenant c’est cinq tonnes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire !
Entrez votre nom ici