Caméra de recul, Digital Dash, Road Assist… En 1969 ?

Si votre ami vous disait que sa voiture avait une caméra de recul, un tableau de bord numérique, une climatisation, pouvait trouver des stations de radio et même aider à rester sur la route, vous n’y penseriez pas beaucoup. À moins que l’année ne soit 1969. La voiture – l’ouragan du constructeur automobile australien Holden – n’a jamais été un véhicule de série. Mais c’était bien au-delà de l’état de l’art en 1969 et n’est pas trop daté, même aujourd’hui. Le concept-car a été trouvé en 1988 et restauré en 2011. Honnêtement, il a toujours fière allure.

La voiture a l’air incroyable et était censée être un véhicule de recherche et – probablement – un joli régal pour les yeux pour les salons automobiles. Pouvant accueillir deux passagers avec un V8 de 253 pouces cubes monté au milieu, il comportait de nombreuses choses que nous tenons pour acquises maintenant : une caméra de recul, un contrôle de la température et un tableau de bord (un peu) numérique, par exemple. Il y avait un système pour l’aider à rester dans la voie, mais cela nécessitait des aimants sur la route – c’était en 1969, après tout.

Le corps en fibre de verre était unique et avait un auvent au lieu de portes. Les sièges électriques se sont levés lorsque la verrière s’est levée et s’est abaissée pour la conduite. L’habitacle était une cage en acier. Le véhicule comportait des appuie-tête, un réservoir de carburant doublé de mousse et un système d’alerte incendie. Deux des freins étaient même refroidis à l’huile.

Bien sûr, la voiture est indéniablement cool, mais elle nous rappelle aussi qu’il est important d’aller au-delà du possible. Nous imaginons que si vous essayez de construire quelque chose d’aussi en avance sur notre technologie actuelle, vous devrez être prêt à le financer vous-même. La voiture n’a probablement rien fait financièrement pour Holden à court terme. Mais regardez la prévoyance des concepteurs de cette voiture ! Certes, certaines choses n’étaient pas encore prêtes. L’horloge numérique avec les cadrans ne durera probablement pas longtemps sur les routes cahoteuses. Les aimants sur la route ont leurs propres problèmes et sont doublement peu pratiques. Mais les idées sont solides et on imagine avoir influencé les futurs designers.

Alors, que faisons-nous aujourd’hui qui est juste hors de notre portée mais qui inspirera l’avenir ? Sommes-nous simplement en train d’ajouter plus de processeurs et plus de mémoire aux choses existantes ? Quelques boutons supplémentaires sur notre souris ? Sommes-nous en train d’ajouter une fonctionnalité supplémentaire à notre langage de programmation préféré ? D’où viennent les langages de programmation, les architectures CPU et les périphériques d’E/S vraiment innovants ? Il est difficile d’imaginer que dans 50 ans quelqu’un se souvienne d’une grande partie de ce que nous construisons aujourd’hui et le considère comme révolutionnaire.

En attendant, qui est partant pour construire une réplique d’Hurricane ? Ce n’est pas aussi ridicule que ça en a l’air. Non pas que ce ne soit pas une entreprise majeure, mais il serait probablement plus facile avec la technologie d’aujourd’hui de faire correspondre une partie de ce que faisait l’ouragan avant même d’atterrir sur la lune.