Les emplacements proviennent du projet Mars Subsurface Water Ice Mapping (SWIM), qui analyse les données de mission historiques prises sur 20 ans de missions sur Mars pour rechercher de la glace enfouie sur la planète. Le projet examine cinq ensembles de données de télédétection différents collectés par l’orbiteur Mars Odyssey, Mars Reconnaissance Orbiter et Mars Global Surveyor.

«Chacune de nos cinq techniques examine une sorte de proxy différent ou une manière différente d’essayer de trouver des signatures de glace d’eau», explique Gareth Morgan, chercheur au Planetary Science Institute de Tucson, en Arizona et auteur principal de la nouvelle étude. . Ces techniques comprennent la cartographie thermique et géomorphique qui recherche les changements géologiques de surface causés par la glace qui se trouve à moins de cinq mètres sous la surface.

Morgan et son équipe ont trouvé quelques endroits qui sembleraient fonctionner parfaitement dans l’hémisphère nord, à savoir les basses terres plates d’Arcadia Planitia dans les latitudes moyennes à supérieures et les réseaux glaciaires à travers Deuteronilus Mensae plus à l’est et légèrement au sud. Le premier est une ancienne région d’anciennes coulées volcaniques, avec une histoire présumée de chutes de neige massives remontant à des dizaines de millions d’années. Les nouveaux résultats semblent suggérer que ces gisements se sont lentement déplacés sous terre à de très faibles profondeurs qui pourraient être faciles à forer.

carte mondiale de mars
Arcadia Planitia et Deuteronilus Mensae sont tous deux situés dans l’hémisphère nord de Mars, à des altitudes moyennes.

USGS

Pendant ce temps, Deuteronilus Mensae abrite des glaciers modernes et existe entre les hautes terres cratérisées au sud et les plaines basses au nord. La glace ici est effectivement les restes de ce qui était probablement des structures glaciaires plus étendues dans le passé. Il doit être situé soit sous une mince couche de 2 mètres de sol et de roches martiennes, soit sous un matériau très poreux de quelques mètres d’épaisseur. Dans les deux cas, la glace y serait assez accessible aux colons de Mars.

Ce premier cycle d’analyse n’a été financé par la NASA que pour se concentrer sur l’hémisphère nord de Mars. Morgan pense que c’est parce qu’il y a de grandes plaines dans la région qui faciliteraient l’atterrissage d’un vaisseau spatial à la surface. Mais lui et Putzig aimeraient également poursuivre une analyse plus approfondie des dépôts de glace souterrains dans l’hémisphère sud.

«Rendre ce travail ouvert à la communauté capitalise sur toute l’expertise disponible, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la NASA», explique Leslie Gertsch, ingénieur géologue à l’Université des sciences et technologies du Missouri, qui n’a pas participé à l’étude. «La prochaine étape consiste à doter les futures missions d’une meilleure capacité de cartographie des glaces — de 0,5 à 15 mètres sous la surface, une plage de profondeur accessible par des techniques minières à distance.

La NASA est déjà en train de prospecter la glace d’eau sur la lune. Avec la difficulté d’aller sur Mars (la fenêtre de lancement n’est que tous les deux ans), cela vaut la peine d’y penser beaucoup plus tôt.

«La rareté des données souterraines suffisamment détaillées, même sur Terre, est la raison pour laquelle l’exploitation minière est toujours un pari», déclare Gertsch. «Pourtant, il est nécessaire pour l’humanité de survivre ailleurs.»