Ces arbres se propagent au nord de l’Alaska. Ce n’est pas bon

En été En 2019, Roman Dial et son ami Brad Meiklejohn ont loué un avion de brousse monomoteur au départ de Kotzebue, sur la côte nord-ouest de l’Alaska. Même ces ailes ne pouvaient les amener qu’en cinq jours de marche vers l’endroit où ils voulaient être : au plus profond de la toundra, là où Dial avait remarqué des ombres particulières apparaissant sur les images satellites.

Le quatrième jour de cette randonnée, le couple marchait le long d’un sentier de caribous lorsque Meiklejohn a crié : « Stop ! » Dial pensait que son ami avait vu un ours. Mais c’était quelque chose de plus troublant : un peuplement d’épinettes blanches. Les plantes étaient bien formées et à hauteur de poitrine, comme de petits sapins de Noël. Et d’un point de vue planétaire, c’était une mauvaise nouvelle, car ils n’étaient pas du tout là où ils étaient censés être. Dans cette toundra de l’Alaska, les vents violents et le froid mordant favorisent les arbustes, les graminées et les carex herbacés. La saison de croissance est censée être trop courte pour que les arbres puissent s’implanter, même si leurs graines parviennent à voler vers le nord.

Le voyage a confirmé ce que Dial soupçonnait, à savoir que les ombres sur les images satellites étaient en fait des arbres déplacés qui font partie d’un phénomène connu sous le nom de verdissement de l’Arctique. Alors que l’Arctique se réchauffe plus de quatre fois plus vite que le reste de la planète, cela fait tomber les barrières écologiques pour les plantes du Grand Nord, et davantage de végétation se dirige vers le pôle. « Le lendemain, nous en avons trouvé de plus en plus alors que nous nous dirigions vers l’est, jusqu’à ce que nous découvrions une savane arctique d’épinettes blanches », se souvient Dial, écologiste à l’Alaska Pacific University. “C’est drôle à dire, c’était peut-être la randonnée la plus excitante que j’aie jamais faite.”

Une épinette blanche massive, probablement âgée d’environ 60 ans.

Avec l’aimable autorisation de Roman Dial

Le verdissement de l’Arctique est un voyant d’avertissement éclatant sur le tableau de bord des dommages climatiques, tant pour la région que pour le monde en général. La prolifération des arbustes est une chose—ils sont petits et poussent relativement rapidement—mais l’épinette blanche à longue durée de vie en est une autre. « Lorsque vous voyez des arbres pousser, vous savez que le climat a vraiment changé », déclare Dial. « Ce n’est pas comme cinq ans de temps, ou 10 ans de temps. Ce sont 30 ans de climat qui ont établi de nouveaux arbres dans de nouveaux endroits.

Écrire ce mois-ci dans le journal La nature, Dial et ses collègues ont mis des chiffres précis sur ce qu’ils ont découvert dans la toundra de l’Alaska : l’épinette blanche, à la fois en tant qu’individu et en tant que population, y connaît une croissance exponentielle. La population se déplace maintenant vers le nord à un rythme de 2,5 miles par décennie, plus rapidement que toute autre limite forestière de conifères que les scientifiques ont mesurée, dans ce qui devrait être l’un des endroits les plus inhospitaliers de la planète pour un arbre.

Celui-ci a probablement cinq ans.

Avec l’aimable autorisation de Roman Dial

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.