Critique de Crave Tease : Pas des bijoux, à peine un vibromasseur

C'est dur non sourire en déballant le dernier jouet sexuel semi-incognito de Crave, le Tease Ring. La petite boîte noire texturée porte le nom de l'entreprise sur le couvercle en lettres argentées, comme une invitation formelle à un bal. À l'intérieur, la bague repose sur un oreiller moelleux en mousse à texture feutrée, et sur le fond noir, la finition chromée dorée du Tease scintille et scintille à la lumière, promettant une expérience luxueuse et haut de gamme.

Il s'agit de la même entreprise qui fabrique le Vesper, un vibromasseur élégant qui sert également de collier audacieux. C'est pourquoi j'avais hâte d'essayer ce nouveau sextoy qui se porte au doigt, mais malheureusement, comme je l'ai appris lors des tests, le Tease Ring ne peut pas tenir sa promesse de luxe.

Une mauvaise allumeuse

The Tease vous invite à imaginer, vous vendant autant son ambiance que ses vibrations. Il évoque des images d'étrangers coquettes dans des boîtes de nuit baignées de néons, se penchant pour se faire entendre sur les basses percutantes. La nuit est pleine de possibilités infinies et de joies insouciantes et imprudentes. Peu importe où la nuit vous mène, vous aurez votre Tease Ring au doigt, un secret intime que vous portez ouvertement et que vous partagerez peut-être.

Main portant une bague noire avec un cylindre argenté sur le dessus

C'est un joli fantasme. En réalité, l'anneau en silicone s'est détaché de mon doigt presque aussitôt que je l'ai mis, roulant vers des parties inconnues. Accomplir mon destin de libertin sexuel audacieux devrait attendre ; J'étais trop occupé à fouiller dans les dessous poussiéreux de mon appartement. Finalement, à l’aide d’un balai, j’ai réussi à repêcher le Tease sous mon lit. Ce fut un début peu prometteur, mais j’avais bon espoir. (Vous avez le choix entre trois tailles, chacune englobant quelques tailles de bague. Small, par exemple, convient à toute personne ayant une taille de bague comprise entre 3 et 6.)

Ces espoirs ont été anéantis une fois que j’ai commencé à tester le Tease. C'est un produit qui est constamment en conflit avec lui-même. Dans sa quête d'être un bijou et un vibromasseur, il ne l'est pas non plus. Le vibromasseur est trop petit et trop faible pour être utilisé, et la bague a tout le charme d'un de ces bracelets Livestrong du début des années 2000.

C'est dommage car le vaisseau amiral de Crave, le Vesper, réussit dans ces deux rôles ; c'est un bon vibromasseur et un joli collier. Je l'ai même vu dans la nature, porté comme une pièce audacieuse, un clin d'œil complice entre homosexuels dans des espaces saphiques.

Le pire des deux mondes

Le Tease Ring est tout simplement difficile à utiliser. Si vous le laissez reposer sur vos jointures pendant l'utilisation, vous aurez l'impression de cogner les organes génitaux de votre partenaire avec votre poing. Retournez-le pour que la bague soit toujours à votre doigt mais que le vibrateur soit du côté de la paume de votre main, et c'est un peu mieux. Mais en raison de la longueur du vibromasseur, vous ne pouvez pas bouger, quel que soit le doigt sur lequel il se trouve, car il agit comme une attelle de doigt et empêche les jointures de ce doigt de fléchir. Lorsque vous le portez ainsi, il est difficile de l'utiliser sur vous-même car cela limite considérablement votre dextérité manuelle, et il est difficile de l'utiliser sur un partenaire pour les mêmes raisons.

Il est également difficile de se sentir sexy lorsque vous utilisez ce jouet. Quand je l'avais sur la paume de ma main, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à ces buzzers manuels des dessins animés du samedi matin. Le genre qu'un clown d'anniversaire porterait secrètement et demanderait à tout le monde de lui serrer la main pour les surprendre avec une secousse désagréable. Dommage que je n'avais pas le haut-de-forme ni la boutonnière qui fait jaillir de l'eau pour compléter le look.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.