Des scientifiques tentent de féconder des vaches avec des embryons synthétiques

Mais les bovins ne sont peut-être pas loin derrière. Il existe une importante industrie de procréation assistée chez les bovins, avec plus d'un million de tentatives de FIV par an, dont la moitié en Amérique du Nord. De nombreuses autres bovins de boucherie et bovins laitiers sont inséminés artificiellement avec du sperme de taureaux de premier ordre. « Le bétail est plus difficile », dit Jiang. « Mais nous avons toute la technologie. »

mains ajoutant un échantillon à une assiette avec un stripetter
Inspection d'un embryon « synthétique » ayant porté sur une vache pendant une semaine à l'Université de Floride, Gainesville.

ANTONIO REGALADO

Ce qui est sorti de la vache n°307 s'est avéré être endommagé, juste un fragment. Mais plus tard dans la journée, dans le laboratoire principal de Jiang, les étudiants marchaient à toute allure sur le linoléum en tenant quelque chose dans une boîte de Pétri. Ils avaient récupéré des structures embryonnaires intactes sur certaines des autres vaches. Ceux-ci semblaient longs et filandreux, comme des vers ou la peau d’un serpent miniature.

C'est précisément à cela que devrait ressembler un embryon de bovin âgé de deux semaines. Mais l’apparence extérieure est trompeuse, dit Jiang. Après avoir ajouté des produits chimiques de coloration, les échantillons sont placés au microscope. Alors le désordre à l’intérieur d’eux apparaît. Ces « structures allongées », comme les appelle Jiang, ont les bonnes parties – les cellules du disque embryonnaire et du placenta – mais rien n’est vraiment à la bonne place.

«Je ne les appellerais pas encore des embryons, car nous ne pouvons toujours pas dire s'ils sont en bonne santé ou non», dit-il. « Ces lignées sont là, mais elles sont désorganisées. »

Clonage 2.0

Jiang a démontré comment les blastoïdes sont cultivés dans une plaque en plastique dans son laboratoire. Tout d’abord, ses étudiants déposent des cellules souches dans des tubes étroits. En confinement, les cellules commencent à communiquer et très vite tentent de former un blastoïde. « Nous pouvons générer des centaines de milliers de blastoïdes. C'est donc un processus industriel », dit-il. « C'est vraiment simple. »

Cette évolutivité pourrait faire des blastoïdes un puissant substitut à la technologie de clonage. Le clonage du bétail reste un processus délicat, que seuls des techniciens qualifiés peuvent maîtriser, et qui nécessite également des œufs provenant d'abattoirs. Mais contrairement aux blastoïdes, le clonage est bien établi et fonctionne réellement, explique Cody Kime, directeur R&D chez Trans Ova Genetics, à Sioux Center Iowa. Son entreprise a cloné des centaines d’animaux, pour la plupart des taureaux primés.

« Beaucoup de gens aimeraient trouver un moyen d'amplifier les meilleurs animaux aussi facilement que possible », explique Kime. « Mais les blastoïdes ne sont pas encore fonctionnels. L’expression des gènes est aberrante jusqu’à l’échec total. Les embryons semblent flous, comme si quelqu'un les avait sculptés dans de la farine d'avoine ou du Play-Doh. Ce n'est pas la belle chose à laquelle on s'attend. Les détails les plus fins manquent.

Ce printemps, Jiang a appris que le Département américain de l'Agriculture partageait ce scepticisme lorsqu'il avait rejeté sa demande de financement de 650 000 $. « J'ai reçu des critiques : 'Oh, ça ne va pas marcher.' C’est un risque élevé et une faible efficacité », dit-il. « Mais pour moi, cela changerait tout le programme de sélection. »

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.