Examen de Microsoft Surface Pro 8 : haute puissance, batterie faible

Surface Pro de Microsoft lineup et le mot « revamp » ont rarement partagé une phrase. Ces hybrides ordinateur portable-tablette ont été largement maintenus en vie avec de nouveaux processeurs et des mises à niveau matérielles mineures au fil des ans. La nouvelle Surface Pro 8 n’est pas tout à fait la refonte que vous auriez pu espérer, mais elle se situe quelque part entre une actualisation mineure et majeure.

Le 2-en-1 n’est pas si différent de son prédécesseur, mais ses mises à niveau en font une considération digne de tous ceux qui recherchent une nouvelle machine. Il y a un écran tactile plus grand avec un taux de rafraîchissement d’écran de 120 Hz, de meilleures performances, et il est préchargé avec Windows 11. La société a également supprimé le modèle de processeur Core i3, de sorte que la Surface Pro 8 de base est livrée avec un Core i5 et commence à 1 100 $. . Cela peut sembler être un grand saut par rapport au prix de 749 $ de la Surface Pro 7, mais techniquement, ce n’est que 200 $ de plus en comparant la même configuration (bien que cela reste cher).

C’est une machine qui a l’impression d’avoir atteint son apogée en termes d’innovation. J’ai vraiment aimé l’utiliser au cours de la semaine dernière. Eh bien, la plupart du temps. Tout comme le nouveau Surface Go 3, vous devrez garder le chargeur à portée de main.

Plus grand et plus lumineux tout autour

Photographie : Microsoft

Le changement le plus visible sur la Surface Pro 8 est l’écran tactile plus grand, passant de 12,3 pouces à 13. Même avec des dizaines d’onglets et de fenêtres ouvertes, l’écran est spacieux.

Il est également plus net, avec une résolution légèrement plus élevée de 2 880 x 1 920 pixels et un capteur de couleur ambiante intégré adapte automatiquement la température de couleur de l’écran à la lumière qui vous entoure, un peu comme True Tone sur les MacBook d’Apple. L’écran devient également plus lumineux que jamais. Tout cela permet de regarder le Pro 8 un peu plus facilement pour les yeux, quel que soit l’environnement dans lequel vous vous trouvez.

Tout comme les iPhones les plus récents, l’écran a un taux de rafraîchissement de 120 Hz, ce qui double le nombre d’images que vous voyez par seconde. Vous pouvez en savoir plus sur la technologie ici, mais cela rend essentiellement tout, du défilement de Twitter sur Chrome à la prise de notes avec le Slim Pen 2, est incroyablement fluide. Malheureusement, il vraiment a un impact sur la durée de vie de la batterie – plus à ce sujet plus tard – ce qui explique probablement pourquoi il est réglé sur 60 Hz par défaut. Vous devrez parcourir le menu des paramètres pour l’activer.

Juste au-dessus de l’écran se trouve une webcam 1080p (avec authentification faciale Windows Hello pour se connecter) qui est plutôt bonne même par faible luminosité. J’ai l’air net et clair sur mes appels Zoom, au point d’une certaine insécurité. Et contrairement aux iPad ou aux anciens ordinateurs portables Dell, la webcam n’est pas dans un endroit inconfortable, ce qui signifie que vous avez une chose de moins à craindre.

Sans surprise, les options de connectivité sont minces. Le Pro 7 bénéficiait d’un port USB-A et d’un port USB-C sur le côté droit de l’écran, mais vous ne disposez désormais que de deux ports USB-C (tous deux Thunderbolt 4). Selon les accessoires que vous branchez, c’est bon ou mauvais. Le pire, c’est que Microsoft a supprimé l’emplacement pour carte MicroSD, bien que cela ne pose peut-être pas trop de problème, car il est facile de mettre à niveau le lecteur de stockage à semi-conducteurs chaque fois qu’il se remplit. Heureusement, la prise casque reste.