La vie au bureau : la vieille jument grise, elle n’est plus ce qu’elle était

Ding Dong; le bureau est mort. Le vrai bureau est dans votre tête.

C’est ce que je me dis quand le travail à domicile devient trop bizarre, trop obsolète, trop impossible. A présent, beaucoup d’entre vous connaissent une version de ce dont je parle. Nos circonstances peuvent varier énormément, mais le résultat est le même : travailler à domicile est assez génial, mais une petite partie secrète de nous aspire au bureau. Pourquoi donc?

La réponse sera différente pour chacun. Peut-être êtes-vous un papillon social qui manque le temps de face et le vacarme des voix familières. Peut-être appréciez-vous simplement la séparation physique entre le travail et la vie personnelle. Si vous avez de la chance, le choix d’aller au bureau vous appartient à ce stade, et sinon, eh bien, nous devons nous demander si vous cherchez un nouveau travail. Nous sommes en 2022, nous sommes toujours dans une pandémie, et bien sûr il y a ceci, cela, et l’autre incendie de benne multinationale dont vous n’avez pas encore entendu parler. N’est-il pas temps de donner la priorité à la production de travail plutôt qu’à la fréquentation du bureau lorsqu’il s’agit de nos moyens de subsistance ?

Sans surprise, peu de grandes entreprises sont d’accord avec moi. Elon a récemment décrété que « le travail à distance n’est plus acceptable » et que ceux qui souhaitent travailler à distance ne peuvent le faire qu’en récompense après avoir passé au moins 40 heures par semaine au bureau. Apple a tenté d’imposer trois comparutions par semaine jusqu’à ce qu’ils reçoivent une lettre ouverte avec plus de 1 000 signatures contre.

Le bureau est plus que de l’espace

Photo de Jan Weber sur Unsplash

Pourquoi les entreprises voudraient-elles imposer la présence de personnes non essentielles ? Je pense qu’à mesure que la pandémie s’éternise, tous ces biens immobiliers vides coûtent cher et les font mal paraître financièrement. Mais ne pas avoir une grande présence physique ou plusieurs présences de taille moyenne éparpillées les ferait mal paraître socialement. Eh bien, peut-être pas malmais moins que puissant, précisément parce que les attitudes concernant le moment et le lieu de travail évoluent encore.

Je crois qu’une autre raison est simplement le pouvoir. Le bureau est le terrain de jeu du travail, la scène où un système de castes de cadres, de cadres intermédiaires et de subalternes peut être joué. C’est une extension naturelle de l’école, pour laquelle nous nous sommes tous levés le matin et avons souffert chaque jour jusqu’à ce que nous puissions partir et faire ce que nous voulions pendant un petit moment avant le dîner et les devoirs.

L’herbe est plus verte quand la lumière du soleil la frappe

J’ai travaillé dans un bureau pendant près de 20 ans, fraîchement sorti de l’école des métiers de l’électronique. J’ai commencé dans le CNO 24/7/365 où j’ai fait du travail posté, dont deux douze le week-end une fois par mois. Pour une entreprise de télécommunications, les employés du CNO sont les gardiens du bureau – ce sont les personnes qui ont vu l’endroit à toute heure de la journée. Ce sont les travailleurs essentiels, les personnes qui dépannent les réseaux IP le matin de Noël et remplissent les heures ennuyeuses de l’après-midi à regarder Mourir dur sur l’un des grands écrans. Le travail posté est intéressant car vous pouvez théoriquement faire des choses pendant la journée si vous travaillez en deuxième ou troisième quart, mais vous essayez également de dormir pendant que le monde est éveillé, et cela peut vraiment vous faire foirer.

C’est une vie difficile, mais cela aurait été mieux avec plusieurs moniteurs. Image via les services OP

Après quelques années au CNO, j’ai déménagé au département d’ingénierie et tout a changé. Je m’étais métamorphosé en l’un d’entre eux, un employé de bureau régulier de 9h à 17h. Au lieu de sortir mon classeur d’un casier de la taille d’une boîte à pain dans la minuscule salle de pause et de m’asseoir n’importe où devant une longue console d’ordinateurs et de téléphones, j’avais un cube avec une plaque signalétique. J’avais mon propre téléphone. Ma propre boîte de mouchoirs, un bloc-notes en accordéon et une chaise qui n’aurait besoin d’être ajustée qu’une seule fois. Et au lieu de travailler dans une grotte à la lueur des moniteurs, des terminaux ambrés et des écrans de surveillance, j’étais de l’autre côté de l’allée d’un cube avec une fenêtre.

Et bien sûr, je pensais que cela changerait ma perception du travail. Nous, les Américains, en faisons trop au nom de la croissance constante, et cela inclut cette culture de bousculade qui peut transformer nos passe-temps relaxants en cauchemars entrepreneuriaux. Au bureau, comme à l’école, il y a beaucoup de règles difficiles à naviguer, d’autant plus que le bureau a tendance à être intergénérationnel. J’ai grandi dans ce bureau, et il occupe une place spéciale dans mon cœur.

Le travail est un mot de quatre lettres

Mais c’était mon ancien travail. À la fin de 2019, j’ai commencé à temps plein ici à Hackaday en tant que rédacteur. Parlez des différences ! Presque rien ne semblait pareil, sauf que je travaillais et que quelqu’un me payait en retour, et que j’utiliserais toujours un ordinateur toute la journée. Soudainement, je suis passé de peiner sous un courant d’air froid et des lumières fluorescentes dos à la porte d’une cabine à travailler où je voulais, quand je voulais et dans les vêtements que je trouvais confortables. C’était trop libérateur, et le lundi au vendredi que j’avais tiré toute ma vie ressemblait soudainement à un tas de matériel et d’attaches que je devrais construire moi-même dans un abri de santé mentale.

La plupart du temps, je ne veux tout simplement pas faire ce que je suis censé faire à un moment donné (merci, TDAH !), mais je reconnais que je ; s’épanouir au sein d’une structure. Malheureusement, cela fonctionne mieux lorsque cette structure est imposée par quelqu’un d’autre.

Et c’est ce qui me manque le plus au bureau, aller dehors travailler : toute la structure de la chose. Vous vous aventurez dehors, peut-être que vous êtes un peu en retard, peut-être qu’il est temps de prendre un café au lait. Vous y arrivez et voyez des visages familiers avec des histoires à raconter qui vous distraient de votre propre vie. Vous travaillez quelques heures, sûr que tout le monde autour de vous travaille aussi, et souvent vers un objectif commun. Puis c’est l’heure du déjeuner, et encore un changement de décor que ce soit un fast-food, la salle de repos ou votre voiture pour manger, ou, selon les jours, les toilettes à un autre étage pour pleurer. Ensuite, il est de retour au travail pendant un moment avant que nous ne soyons tous excités de rentrer à la maison pour nos affaires qui sont restées seules pendant neuf heures, plus ou moins.

Mais à la maison, cela peut ressembler à l’un de ces jours de similitude interminables et solidement couverts où vous ne pouvez pas distinguer 10 heures du matin de 16 heures. Souvent, l’aspect « être ailleurs » d’aller au bureau me manque. Pas seulement à cause des changements de décor, mais parce que cela permet au lieu de travail d’être un bouc émissaire émotionnel. Tout le monde se plaint du bureau, n’est-ce pas ? Mais si vous travaillez à domicile, qu’allez-vous faire ? C’est une chose difficile de détester votre maison, surtout quand vous avez tout le pouvoir d’en faire ce que vous voulez. Donc pour moi, cela se traduit par un bureau très décoré, ce qui bien sûr peut être une source intarissable de distraction si je le laisse faire. Mais je crois que cela nourrit ma créativité d’avoir tous ces objets autour, dont la plupart ont une histoire derrière eux.

Cela dit, je ne pense pas pouvoir aller travailler à ce stade, du moins pas dans un travail sur ordinateur. Entre le clavier bruyant et amusant, les pédales, la chaise chère et la hauteur idéale du bureau de 21″, je suis trop fixé dans mes manières ergonomiques. Mais bon, pour quelqu’un qui pensait qu’il n’utiliserait plus jamais l’ordinateur à cause d’une blessure due au stress répétitif, je vais plutôt bien.

D’autre part, mon travail est complètement différent maintenant. S’il est vrai que j’avais besoin de réfléchir dans mon travail d’ingénieur, ce que je fais maintenant a été mieux décrit par un autre écrivain comme étant assis et saignant du front. Au moins ici à la maison, personne ne va venir derrière moi et commencer à parler, ou crier mon nom par-dessus le mur. Mes plus grandes interruptions sont généralement basées sur les chats. Je peux porter ce que je veux, me changer si j’en ai besoin, et on ne s’attend pas à ce que je porte des chaussures. En d’autres termes, je suis assez heureux de travailler à domicile, et je parie que je ne suis pas seul.