L’Allemagne a choisi un combat avec Telegram

En décembre, vers une douzaine de manifestants anti-lockdown se sont rassemblés dans une rue pavée de la ville de Grimma, dans l’est de l’Allemagne. Ce n’est pas leur chant « paix, liberté, pas de dictature » qui a mis le nouveau gouvernement allemand sur les nerfs, mais leur emplacement – ​​à l’extérieur de la résidence privée de la ministre régionale de la santé de Saxe, Petra Köpping. La manifestation a été interprétée comme une attaque ciblée contre la démocratie et ses élus, rendue encore plus menaçante par les torches enflammées des manifestants, symbole associé aux nationalistes blancs depuis les années 1920.

Dans la foulée, l’équipe de Köpping a déclaré soupçonner que la protestation contre les restrictions liées aux coronavirus avait ses racines dans l’application de messagerie Telegram, où une vidéo de la manifestation a circulé par la suite et où le ministre avait déjà reçu des menaces. Köpping elle-même pense qu’il existe un lien direct entre Telegram et ce qui s’est passé. « Les gens ont évidemment utilisé l’application pour se rencontrer », dit-elle. Telegram n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Photographie : Sebastian Kahnert/Getty Images

Les autorités allemandes pensent que Telegram est devenu le fil conducteur d’une série d’incidents violents impliquant le mouvement anti-lockdown allemand. Peu de temps après la manifestation devant le domicile de Köpping, la police allemande armée a déclaré avoir fouillé cinq propriétés liées à un groupe Telegram où les membres discutaient de plans pour assassiner le Premier ministre de Saxe, Michael Kretschmer, en représailles aux restrictions de Covid. Mais lorsque les responsables ont demandé à Telegram de lutter contre la violence dans les chaînes publiques de l’application, ils ont été accueillis par le silence. Des lettres, des suggestions d’amendes, un groupe de travail dédié à Telegram et même une menace d’interdire l’ensemble de la plate-forme sont tous restés sans réponse. La lutte de l’Allemagne pour faire respecter son autorité sur Telegram est un avertissement pour les autres gouvernements qui rédigent actuellement leurs propres lois sur la sécurité en ligne : même si les législateurs édictent de nouvelles règles, rien ne garantit que les plateformes les suivront.

Telegram est l’un des messagers en ligne les plus populaires d’Allemagne. Environ 7,8 millions de personnes dans le pays ont utilisé l’application en 2019, selon Statista. Une enquête plus récente réalisée en janvier par l’Agence fédérale des réseaux a révélé que 16 % des personnes qui utilisent régulièrement les services de messagerie en ligne utilisent Telegram, soit un gain de 6 % par rapport à 2019 (bien que toujours bien en deçà du service le plus populaire, WhatsApp, qui revendiquait une part de 93 %). . Les chercheurs se plaignent des extrémistes sur Telegram depuis des années. Mais pendant la pandémie, le nombre d’adeptes d’extrême droite a explosé en Allemagne, explique Jakob Guhl, directeur de recherche à l’Institute for Strategic Dialogue (ISD), une organisation à but non lucratif qui analyse l’extrémisme en ligne. Avant la pandémie, les plus grandes personnalités d’extrême droite comptaient environ 40 000 abonnés, dit-il. Maintenant, ce nombre est supérieur à 200 000.

« Le mouvement anti-confinement allemand me semble relativement important, assez énergique et assez radical par rapport à d’autres pays », déclare Guhl. Il soutient que cela relie des groupes qui ne s’emboîtent généralement pas. « Cela inclut certaines personnes qui faisaient partie de mouvements d’extrême droite qui existaient auparavant mais, plus intéressant encore, cela réunit un grand nombre d’anti-vaxxers, des personnes intéressées par les modes de vie alternatifs, la médecine alternative, les théoriciens du complot, les personnes qui adhèrent à QAnon. » Sur Telegram, cela se traduit par un mélange de contenu d’extrême droite avec des complots de coronavirus, comme des affirmations selon lesquelles le virus est un prétexte pour installer un État autoritaire et des appels à la violence contre les politiciens. « J’ai été surpris de la rapidité avec laquelle des personnes qui n’avaient jamais été impliquées dans des mouvements idéologiques se sont radicalisées et à quel point les appels à la violence sont extrêmes et fréquents », dit Guhl.

Le silence de Telegram sur la question des contenus violents anti-lockdown exaspère un pays qui croit fermement que la liberté d’expression a des limites et légifère en conséquence. En 2018, l’Allemagne a commencé à appliquer la loi sur l’application des réseaux, ou Netz DG, qui visait à rendre illégaux hors ligne les discours et les symboles, tels que les croix gammées, la négation de l’Holocauste ou l’incitation à la violence contre les groupes minoritaires, également illégaux en ligne. La plupart des plateformes de médias sociaux se sont conformées et ont même embauché plus de modérateurs allemands pour bloquer le contenu considéré comme illégal localement. Il y avait initialement une confusion quant à savoir si la loi s’appliquait à Telegram lorsque d’autres applications de messagerie, comme WhatsApp, étaient exemptées parce qu’elles étaient considérées comme des «services de communication individuels». en 2022, le ministère de la Justice a publiquement précisé que Telegram était tenu de suivre les règles et a déclaré aux médias allemands qu’il avait lancé deux poursuites contre l’application pour non-conformité. Bien que l’application puisse être utilisée pour communiquer en tête-à-tête, a déclaré le ministère, elle a également donné aux gens la possibilité de créer des groupes comptant plus de 200 000 membres ou de créer des canaux de diffusion à un public illimité.