Quand il a été annoncé pour la première fois que des limites seraient imposées aux avions de loisir RC pesant plus de 250 grammes, beaucoup ont supposé que les nouvelles règles signifiaient la fin des quadricoptères construits à domicile. Mais les fabricants ont relevé le défi et ont commencé à développer des versions incroyablement petites et légères de leur matériel. Aujourd’hui, la construction et le vol de quadricoptères ultra-légers avec des caméras à vue à la première personne (FPV) est devenu un passe-temps dédié.

Mais aussi impressionnant que ces flyers poids plume puissent être, le projet CogniFly pousse vraiment ce que nous pensions être possible dans cette catégorie de poids. Conçu comme une plate-forme pour expérimenter des drones artificiellement intelligents, ce quadricoptère open source contient un Raspberry Pi Zero et le kit AIY Vision de Google afin qu’il puisse effectuer des tâches complexes de calcul telles que la reconnaissance d’images en vol. Au cas où l’une de ces expériences prendrait une tournure inattendue, elle a également été enfermée dans un cadre flexible unique qui la rend exceptionnellement résistante aux dommages causés par les collisions. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo après la pause, même après avoir volé directement dans un mur, le CogniFly peut continuer son chemin comme si de rien n’était.

À l’aide d’un sélecteur de niveau, le Raspberry Pi peut communiquer directement avec le contrôleur de vol du quadricoptère via UART. Une bibliothèque Python développée par l’équipe CogniFly permet au Pi de donner des commandes au contrôleur de vol à l’aide du MSP (MultiWii Serial Protocol), qui, lorsqu’il est combiné avec les autres capteurs embarqués pour détecter l’altitude et le mouvement relatif, signifie qu’il reste peu fais.

Connecteurs TPU imprimés en 3D

Le CogniFly est enveloppé dans un cadre unique qui non seulement protège tout son équipement de haute technologie, mais veille à ce que les hélices en rotation soient suffisamment éloignées des bords pour qu’elles ne heurtent rien (ni personne) en cas de collision. Plutôt que de le fabriquer à partir de quelque chose d’entièrement rigide, l’équipe a mis au point une technique de construction intelligente qui combine des connecteurs TPU flexibles avec des tiges en fibre de carbone.

Les pièces en TPU peuvent être imprimées à plat sur une imprimante 3D peu coûteuse, puis pliées en position pour l’assemblage. Si l’un des composants du cadre se casse lors d’un impact particulièrement énergique, il peut être réparé rapidement et facilement sur le terrain avec un petit stock de pièces de rechange.

Pour l’avenir, l’équipe a conçu le cadre de manière à ce que le CogniFly puisse atterrir sur un changeur de batterie rotatif lorsqu’il a besoin d’un nouveau pack. Il n’y a pas beaucoup d’art antérieur pour les échanges automatiques de batteries dans l’écosystème des hackers et des fabricants, et étant donné à quel point leur concept est ambitieux, nous sommes très intéressés de voir comment cet élément du projet évolue.

Le CogniFly est une plate-forme particulièrement intéressante pour tous ceux qui cherchent à expérimenter le vol autonome, et le fait qu’il soit suffisamment léger pour contourner la plupart des lois sur les drones est énorme pour la foule des amateurs. Vous pourriez penser qu’en 2021, nous avions déjà vu tous les types de quadricoptères imaginables, mais de temps en temps, de nouveaux modèles apparaissent encore qui prouvent qu’il y a encore beaucoup de place pour l’innovation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire !
Entrez votre nom ici