C’est une histoire sur un système réussi qui n’a néanmoins pas réussi à faire la coupe. Un ajustement expérimental de la luminosité des LED est quelque chose [Mitxela] explorée dans un projet d’horloge de haute précision; celui qui montre le temps à la milliseconde près, et qui ne scintillera pas ou n’aura pas l’air bizarre lorsqu’il est photographié avec un appareil photo haute vitesse. Pour réussir cela, il faut réinventer beaucoup de choses sur un affichage d’horloge, y compris comment gérer le réglage de la luminosité avec élégance. Maintenant, pour être clair, l’idée de réglage de la luminosité décrite ici est quelque chose qui n’a pas fini par être utilisé, mais c’est assez intéressant pour que [Mitxela] l’a écrit et nous sommes très heureux qu’il l’ait fait.

L’idée était d’avoir un réglage automatique de la luminosité fluide et transparent, idéalement sans composants supplémentaires. Étant donné que les LED peuvent être utilisées comme capteurs de lumière, [Mitxela] a vu une opportunité d’utiliser des éléments de l’horloge s’affichent eux-mêmes comme des capteurs. Voici comment cela fonctionne: une charge dans la jonction pn qui compose une LED se désintégrera à un taux proportionnel à la quantité de lumière atteignant la jonction. En mesurant la vitesse de cette décroissance, il est donc possible de savoir combien de lumière atteint la LED. C’est efficace et élégant, mais il y a quelques problèmes pratiques à résoudre.

La première idée qui a échoué a été d’utiliser comme capteurs les points décimaux inutilisés dans les modules LED à sept segments, mais cela s’est avéré poser des problèmes. L’un était le câblage à cathode commune des modules d’affichage; cela les rend très pratiques à conduire comme écrans, mais il est impossible d’utiliser la virgule décimale comme capteur de lumière. L’autre problème était que le diffuseur intégré qui rend les écrans plus faciles à lire absorbe beaucoup de lumière ambiante. Une bien meilleure option était d’utiliser les LED dans les séparateurs deux-points entre les chiffres, car ils sont indépendants. Naturellement, ils doivent encore s’allumer en plus d’être utilisés comme capteurs, mais [Mitxela] fait un prototype réussi en effectuant les mesures nécessaires entre les LED pilotées par PWM.

Malgré l’intelligence et l’efficacité de la solution, ce qui a coulé, c’est le fait que les LED ne font tout simplement pas un très bon travail de détection de la lumière ambiante à cette fin. Les LED sont tout simplement trop directionnelles. Même après avoir poncé la partie supérieure (lentille) des LED, elles avaient toujours un champ de vision très étroit. Comme [Mitxela] le décrit, l’inclinaison de l’horloge vers le plafond pourrait l’envoyer à la pleine luminosité, et l’ombre de sa tête tombant à travers l’horloge la plongerait dans l’obscurité du «mode nuit». En bref, il répondait à ce qui se trouvait directement devant lui, plutôt qu’au niveau de lumière ambiante dans son ensemble.

C’est un rappel que parfois une solution ne coche tout simplement pas toutes les bonnes cases, et cela peut arriver pour des raisons inattendues. Pourtant, les LED sont des choses polyvalentes. Non seulement ils peuvent détecter la lumière, mais comme leur nom l’indique, ils sont également des diodes. Comme les diodes peuvent être utilisées comme capteurs de température, les LED peuvent également le faire.