Les médecins ont combiné une pompe cardiaque et une greffe de rein de porc dans une chirurgie révolutionnaire

Une femme du New Jersey âgée de 54 ans est devenue la deuxième personne vivante à recevoir un rein de porc génétiquement modifié. L'opération, réalisée à NYU Langone Health le 12 avril, impliquait également la transplantation du thymus du porc pour aider à prévenir le rejet.

La patiente, Lisa Pisano, s'est fait implanter une pompe cardiaque mécanique quelques jours avant de recevoir la greffe. Elle souffrait d'insuffisance cardiaque et d'une maladie rénale terminale et n'était pas éligible à une greffe d'organe humain en raison de plusieurs autres problèmes médicaux. Son équipe médicale affirme qu'elle se rétablit bien.

« Je me sens fantastique », a déclaré Pisano depuis son lit d'hôpital via Zoom lors d'une conférence de presse mercredi. «Quand cette opportunité s'est présentée, j'ai dit : 'Je vais en profiter.'»

C'est le premier cas où un patient équipé d'une pompe cardiaque mécanique reçoit une greffe d'organe de quelque nature que ce soit. Il s'agit de la deuxième transplantation connue d'un rein de porc génétiquement modifié chez une personne vivante, et la première avec le thymus du porc combiné.

La série de procédures a été réalisée sur une période de neuf jours. Dans la première, les chirurgiens ont implanté la pompe cardiaque, un dispositif appelé dispositif d'assistance ventriculaire gauche, pour remplacer la fonction de son cœur défaillant. Il est utilisé chez les patients en attente d'une transplantation cardiaque ou qui ne sont pas candidats à une transplantation cardiaque. Sans cela, l'espérance de vie de Pisano n'aurait été que de quelques jours ou semaines.

Gros plan d'un chirurgien travaillant sur une transplantation d'organe

La deuxième intervention chirurgicale consistait à transplanter les organes du porc. Le thymus de l'animal, responsable de l'éducation du système immunitaire, a été placé sous l'enveloppe du rein. L'ajout de thymus de porc vise à reprogrammer le système immunitaire de Pisano pour qu'il soit moins susceptible de rejeter le rein et, espérons-le, à permettre aux médecins de réduire la quantité de médicaments immunosuppresseurs qu'elle doit prendre, a déclaré Robert Montgomery, directeur du Transplant Institute de NYU Langone, lors de l'étude. conférence de presse.

Il s’agit de la dernière tentative de transplantation d’un organe animal chez une personne – un processus connu sous le nom de xénotransplantation – comme moyen potentiel de remédier à la pénurie d’organes et d’offrir des greffes à des personnes qui, autrement, ne les obtiendraient pas. Rien qu'aux États-Unis, plus de 100 000 personnes sont sur la liste nationale d'attente pour une transplantation et chaque jour, 17 personnes meurent en attendant un organe. Des critères d’éligibilité stricts signifient que les organes sont prioritaires pour les patients relativement en bonne santé, laissant aux patients comme Pisano peu d’autres options.

À partir de 2021, l’équipe de NYU a commencé à expérimenter la transplantation de cœurs et de reins de porcs génétiquement modifiés chez des humains décédés à la suite d’une mort cérébrale. Avec le consentement de leurs familles, les patients ont été maintenus sous respirateur afin que les chercheurs puissent évaluer la viabilité des organes du porc. Par exemple, un rein de porc a pu fonctionner dans un corps humain pendant deux mois – un record pour une xénotransplantation. Chez le singe, il a été démontré que les reins de porc fonctionnent jusqu'à deux ans. Aujourd’hui, les scientifiques testent s’ils peuvent aider les humains qui ont besoin de nouveaux reins.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.