Les pies s’entraident pour échapper aux appareils de suivi avec cette astuce étrange

Les scientifiques qui travaillent avec des animaux aiment suivre leurs mouvements. Cela peut fournir des informations intéressantes sur tout, depuis le comportement d’accouplement, les sources de nourriture et même la façon dont les animaux se comportent socialement – ou antisocialement, selon le cas.

Ceci est normalement réalisé avec l’utilisation de dispositifs de repérage, apposés sur un animal afin qu’il puisse être observé à distance tout en vaquant à ses occupations normales. Cependant, des scientifiques australiens ont récemment rencontré des problèmes dans ce domaine, car les animaux mêmes qu’ils tentent de suivre ont retiré ces mêmes appareils, révélant ainsi un comportement stimulant.

Le travail d’équipe est à l’origine d’un travail de rêves

Les scientifiques ont développé divers harnais et sacs à dos pour adapter les dispositifs de repérage aux oiseaux au fil des ans. Ce petit harnais en cuir a été utilisé lors de travaux sur le terrain dans le parc national de Denali, en Alaska. Crédit : Mary Lewandowski, domaine public

Les découvertes ont été faites dans le cadre de recherches menées par Joel Crampton, Celine H. Frère et Dominique A. Potvin, le trio menant une étude pilote sur une nouvelle conception de tracker visant à mieux convenir aux espèces d’oiseaux plus petites. Historiquement, la plupart des trackers d’oiseaux courants étaient trop grands pour s’adapter à des espèces d’oiseaux moyennes à petites, et bien que certaines solutions existent, ils ont généralement souffert en ce qui concerne leur capacité de données ou leur autonomie.

Les nouveaux trackers à l’essai contenaient du matériel GPS et pesaient moins d’un gramme. Ils ont été conçus pour fonctionner de concert avec une station d’alimentation extérieure. Cette station d’alimentation pouvait télécharger sans fil les données des trackers au fur et à mesure que les oiseaux venaient manger, éliminant ainsi le besoin de récupérer les trackers des oiseaux pour collecter des données. La station pourrait également charger sans fil les batteries du tracker pour une utilisation à plus long terme.

Un harnais spécial a été conçu pour maintenir les trackers sur les oiseaux, à l’aide d’un fermoir magnétique. Cela permettrait aux harnais d’être libérés des oiseaux en cas de besoin en installant simplement un aimant sur la station d’alimentation. Le harnais était considéré comme une conception solide et robuste par l’équipe de recherche, qui s’attendait à ce qu’il ne puisse être retiré qu’à l’aide d’un aimant ou d’une paire de ciseaux décente. Les pies devaient être les sujets de l’essai, et comme ces oiseaux n’ont accès à aucun de ces outils, on s’attendait à ce que l’essai se déroule sans heurts.

Les meilleurs plans et tout ça

La pie australienne est connue pour sa capacité à reconnaître des dizaines de personnes différentes, refusant souvent de foncer ou d’attaquer celles qu’elle juge amicales. Son regard perçant est bien connu et traité avec la prudence qui s’impose. Crédit : JJ Harrison, CC-BY-SA-3.0

Cinq pies ont été équipées des dispositifs de suivi, l’équipe étant impatiente de commencer à collecter des données. Cependant, presque immédiatement, les choses ont mal tourné. Dix minutes seulement après avoir équipé la dernière pie d’un harnais, les chercheurs ont observé un comportement curieux des oiseaux.

Une femelle adulte qui n’avait pas été équipée d’un tracker tentait de retirer le harnais d’un oiseau plus jeune, en utilisant son bec pour essayer de le retirer. Quelques heures plus tard, les oiseaux avaient retiré presque tous les traqueurs, le mâle dominant ayant été retiré par les autres oiseaux au troisième jour de l’étude.

S’adressant au New York Times, Potvin a noté la rapidité avec laquelle l’étude a pris une tangente. « Le premier tracker s’est éteint une demi-heure après que nous l’ayons mis en place », a déclaré Potvin. Les oiseaux travaillaient ensemble. La pie avec le harnais s’est tenue immobile pendant que l’autre allait travailler avec son bec. En moins de 20 minutes, la pie aidante avait identifié un fermoir comme le point le plus faible du harnais, le coupant pour libérer l’autre oiseau.

Les oiseaux avaient clairement décidé qu’ils n’appréciaient pas les dispositifs de repérage et ont travaillé ensemble pour les retirer. L’équipe n’a pas observé directement tous les harnais retirés, et il n’est pas clair si le résultat était l’action d’un seul oiseau ou si plusieurs techniques ont été développées pour retirer les dispositifs.

L’élément clé qui s’est démarqué était le comportement collaboratif de « sauvetage » présenté. D’autres oiseaux dans les études de suivi n’avaient pas vraiment été vus travailler ensemble pour retirer de tels dispositifs auparavant. La seule allégorie claire citée par l’équipe de recherche était le cas des parulines des Seychelles s’entraidant pour enlever les grappes de graines qui étaient particulièrement aptes à coller à leurs plumes.

Potvin postule que le comportement est un bon exemple de la coopération souvent observée chez les animaux sociaux. Les oiseaux et autres animaux qui vivent en groupe ont tendance à travailler ensemble pour l’amélioration du groupe social, affichant souvent des comportements altruistes pour s’entraider sans aucun avantage direct immédiat.

Apprentissages inattendus

À court terme, la capacité des pies à se libérer a frustré les efforts de suivi des oiseaux à des fins de conservation. Avec l’augmentation des vagues de chaleur dans les villes, mettant la pression sur la survie des poussins de pie, plus de travail est nécessaire pour comprendre comment protéger au mieux ces populations.

Cependant, les chercheurs ont quand même appris quelque chose sur l’humble pie, même si ce n’est pas ce qu’ils avaient initialement prévu d’enquêter. C’est ainsi que la science procède parfois, et l’astuce consiste à écrire ce qui se passe afin que nous puissions tous bénéficier de la recherche !