Ma semaine avec le futur des poubelles

Il est 22h et, tel un vampire qui s’agite dans son cercueil pour saluer le nocturne, ma poubelle s’anime. Un demi-cercle de lumières jaunes sur le couvercle commence à clignoter, une icône de cadenas illuminée apparaît et à l’intérieur du récipient blanc comme un os de 27 pouces, je peux entendre un barattage régulier de palettes métalliques faisant lentement culbuter les coquilles d’œufs, les tiges de céleri, le marc de café et le poulet. os que je lui ai donné pendant la journée. En interrompant le processus et en ouvrant le couvercle pour se faufiler dans quelques croûtes de pizza, je ressens une bouffée de chaleur. Avant le lever du jour, le conteneur connecté au Wi-Fi terminera sa tâche et transformera tous les restes en un repas brunâtre indifférencié. Mes ordures sont destinées – littéralement – ​​à être de la nourriture pour poulets.

Le nouveau venu dans ma cuisine est un prototype d’un nouveau produit appelé Moulin, conçu pour intégrer vos déchets alimentaires dans le grand cercle de la vie, neutraliser les odeurs et sauver la planète. C’est également la première poubelle de mon expérience qui se branche sur une prise électrique, utilise Bluetooth pour parler à un téléphone et dispose d’une connexion Internet Wi-Fi pour les mises à jour logicielles. Il y a vingt-quatre ans, en écrivant un Newsweek histoire de l’Internet des objets naissant, j’avais fait pression pour la couverture « Votre lave-vaisselle sera-t-il sur Internet ? » sur une image austère de l’appareil en question. Le concept était trop absurde pour que les éditeurs donnent le feu vert. Je ne peux qu’imaginer si j’avais lancé un seau à ordures.

Les fondateurs de Mill diraient qu’il s’agit d’une approche high-tech d’une situation compliquée. En tant qu’anciens de Nest, l’entreprise qui a transformé les thermostats en objets de technoluste, ils connaissent le processus. Mill a commencé quand un ancien Nester, Harry Tannenbaum, alors qu’il se livrait à son obsession climatique, a été frappé par l’énormité du problème du gaspillage alimentaire. (Je devrais révéler que Tannenbaum est le fils d’un ami, et je l’ai connu une grande partie de sa vie.) Bien sûr, c’était une préoccupation bien avant que quiconque ne s’inquiète des gaz à effet de serre ; les parents réprimandaient souvent leur progéniture pour avoir laissé la moitié de leur dîner dans l’assiette. « Pensez aux enfants affamés ! » crieraient-ils, sans jamais expliquer comment finir vos épinards nourrirait des enfants affamés de l’autre côté de la planète. Mais maintenant que nous sommes dans la crise climatique, le problème va au-delà des enfants récalcitrants. De toute la nourriture du monde, un tiers est gaspillé. Une grande partie va dans les décharges, qui sont la troisième plus grande source d’émissions de méthane aux États-Unis. « Nous sommes formés pour penser que les déchets sont inévitables, et nous les enfouissons et les brûlons », explique Tannenbaum. « Mais et si on pouvait intervenir, en amont, dans le foyer pour éviter que les aliments non consommés ne deviennent des déchets alimentaires ? »

Tannenbaum a pensé à Matt Rogers, qui avait été l’un des cofondateurs de Nest. Ils ont commencé à élaborer un plan avec des experts de la chaîne alimentaire. Finalement, ils ont mis au point un système qui commence par le bac de traitement Mill qui s’est envolé dans ma cuisine cette semaine. Il prend une plus large gamme de déchets alimentaires que la plupart des composteurs domestiques et est beaucoup moins salissant. « Vous pouvez mettre n’importe quel aliment que vous ne mangez pas dans notre processus, comme des os de poulet, des noyaux d’avocat et des écorces d’orange », explique Rogers. « Nous retirons l’eau et la broyons en une sorte de poudre brune. Nous le mélangeons avec des choses que nous collectons avec toutes les autres maisons, et nous créons un mélange qui est un ingrédient pour l’alimentation des poulets.

Oh, et n’appelez pas ça des ordures. C’est l’alimentation ! Tout simplement plus ton la nutrition. « Ce ne sont pas des ordures ; c’est précieux ! dit Kristen Virdone, directrice de produit de Mill. « Une fois que vous réalisez cela, l’équation commence à avoir un sens. »

Avec l’aimable autorisation de Moulin

Avec l’aimable autorisation de Moulin

Une fois que les cofondateurs se sont mis d’accord sur leur plan, ils ont exécuté le livre de jeu de la Silicon Valley pour en faire une entreprise. Ils ont ramassé des millions en financement de capital-risque. Ils ont embauché un designer industriel Apple-esque qui a créé quelque chose qui ressemblerait à la maison dans un film de Nancy Meyers. Ils ont conçu un filtre à charbon super dense pour absorber les odeurs de nourriture. Ils ont conclu un accord avec le service postal pour récupérer les sols digérés et les expédier à une installation de l’usine. Ils ont conçu une application astucieuse. Et ils ont dépensé beaucoup d’argent pour obtenir le domaine mill.com. « Vous ne lancez qu’une seule fois », déclare Rogers à propos de cette dernière dépense. « Si je dois redevenir un fondateur, nous allons le faire pour de vrai. » Mill compte déjà 100 employés.

Ce n’est pas votre startup habituelle, mais quelque chose qui veut changer un mode de vie qui dure depuis des siècles. Sans parler de la façon dont cela pourrait affecter Pizza Rat. Alors j’avais des questions.

Comment s’assurer que ce que les gens jettent n’est pas toxique ? Rogers dit que la chaleur et la déshydratation éliminent les bactéries et que le marc de nourriture est encore traité après avoir atteint les installations de l’usine.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.