Pourquoi le gouvernement chinois épargne-t-il à l’IA des réglementations strictes – pour l’instant

Prenons Alibaba et Tencent comme exemples. Depuis les années 2000, les deux géants de la technologie ont réalisé des centaines de fusions et d’investissements, ce qui a permis à leurs empires commerciaux de s’étendre pour inclure presque tous les aspects de la vie numérique en Chine. Cette expansion insatiable s’est faite au détriment des utilisateurs, confrontés à des prix plus élevés et à un choix réduit, mais les régulateurs chinois ont laissé tomber. Puis, soudainement, le gouvernement a lancé une répression technologique en 2020. Tout d’un coup, les fusions et acquisitions passées ont fait l’objet d’une enquête et de lourdes amendes ont été infligées pour punir les entreprises pour violations des lois antitrust, y compris une amende de 2,8 milliards de dollars pour Alibaba.

Revue technologique du MIT a récemment discuté avec Zhang de son nouveau livre et de la manière d'appliquer ses connaissances à l'industrie technologique chinoise, y compris de nouveaux secteurs importants comme l'intelligence artificielle.

Le balancement du pendule

« Il y a ce dicton que j'ai également cité dans mon livre : 一放就乱, 一抓就死 (le relâchement provoque le chaos ; le resserrement provoque la mort) », explique Zhang. L’expression chinoise illustre parfaitement la façon dont les régulateurs oscillent de manière dramatique mais prévisible entre faire trop peu pour contrôler le secteur technologique et en faire trop.

Dans le livre, Zhang affirme que les plateformes technologiques chinoises ont longtemps été accusées d’entraver la concurrence, de porter atteinte à la vie privée et de violer les droits du travail des travailleurs à la demande – mais les régulateurs les ont accommodées dans ces trois domaines jusqu’à mettre soudainement les entreprises sous surveillance fin 2020. Et après le pic d’application en 2022, les régulateurs ont ralenti sur les trois fronts et sont parvenus à un compromis avec les entreprises chinoises.

En dehors des exemples du livre, « Je pense [the pattern] s'adapte à presque tous les secteurs », dit Zhang. Des innovations financières comme les prêts entre particuliers au milieu des années 2010 au tutorat en ligne, dont la popularité a explosé pendant la pandémie, elles ont toutes connu des changements similaires dans leur expérience avec les régulateurs.

Le gouvernement peut être un coup de main

Les observateurs occidentaux de la politique chinoise se concentrent souvent sur la phase de répression. Historiquement, cela a impliqué des moments dramatiques – par exemple, le gouvernement a forcé le géant du covoiturage Didi à se retirer de la Bourse de New York ou a imposé des amendes antitrust à Alibaba après que son ancien directeur, Jack Ma, ait prononcé un discours public contre la réglementation.

Mais Zhang prévient que ces mesures de répression très médiatisées masquent la relation symbiotique entre les entreprises technologiques et le gouvernement. « Nous avons tendance à voir [Chinese tech regulations] comme étant très prédatrices », dit-elle, mais « les réglementations donnent en fait un coup de main à ces entreprises ».

Angela Huyue Zhang

AVEC L'AUTORISATION D'ANGELA HUYUE ZHANG

Pour de nombreux responsables gouvernementaux, notamment aux niveaux provincial et local, les entreprises technologiques sont celles qui contribuent le plus aux recettes fiscales et à l’emploi. Ils sont souvent qualifiés de « champions locaux » ou de « petits géants » et leurs intérêts commerciaux sont directement liés à ceux des gouvernements locaux. À leur tour, les gouvernements font souvent de grands efforts pour protéger ces entreprises.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.