Pourquoi le parc national le plus célèbre du Congo parie gros sur la crypto

C’est pourquoi le parc est une source vitale de charbon de bois, ou makala en swahili, et pour se nourrir, même si l’agriculture, la pêche, la chasse et l’exploitation forestière sont illégales. Les ressources du parc sont dépouillées avec régularité : entre 2001 et 2020, les Virunga ont perdu près de 10 % de leur couvert arboré, et de Merode estime que 170 millions de dollars en arbres et en ivoire des Virunga sont perdus chaque année. Mais l’alternative pour les habitants est de ne pas pouvoir payer les seigneurs de guerre locaux ou de mourir de faim. Ce sont des conditions parfaites pour la corruption.

« Le Congo est un endroit déconcertant pour porter des jugements moraux. »

« Le Congo est un endroit déconcertant pour porter des jugements moraux », déclare Adam Hochschild, l’auteur de Le fantôme du roi Léopold, qui relate le règne déchirant du monarque belge au XIXe siècle. Le Congo est encore compliqué par « son immensité, ses gens qui parlent des centaines de langues et la colonisation qui a été faite dans le but d’extraire la richesse », dit-il. « Dans ces circonstances, il est très difficile d’avoir une société juste et équitable. »

Le Congo compte presque autant de personnes déplacées que l’Ukraine et des décennies de conflit malgré des décennies de maintien de la paix de l’ONU. La plupart des profits volés du parc vont aux groupes rebelles armés, auxquels certains habitants se joignent faute de meilleures options. Certains sont des reliques de guerres passées, notamment le génocide rwandais de 1994. D’autres pourraient être liés à l’État islamique. Le plus important est le M23, un groupe dirigé par des Tutsis si bien armé que l’ONU affirme que le Rwanda le soutient. (Le Rwanda le nie, mais son économie dépend fortement des ressources congolaises.)

En conséquence, Virunga est peut-être le seul site de l’UNESCO qui enterre régulièrement son personnel : plus de 200 rangers ont été tués depuis 1996, en moyenne un par mois. Cherubin Nolayambaje, qui a passé huit ans comme ranger, l’appelle « le travail le plus dangereux au monde ».

Rangers dans le parc national des Virgunga
Plus de 200 gardes du parc ont été tués depuis 1996, en moyenne un par mois. Ici, les gardes forestiers en patrouille tôt le matin recherchent des pièges à animaux, des activités de pêche illégales et des coupes de bois.

BRENT STIRTON/GETTY IMAGES

Les quelque 800 gardes forestiers des Virunga, dont environ 35 femmes, rencontrent souvent des rebelles armés dans le parc et des civils qui y cultivent ou y vivent illégalement. De nombreux habitants ne connaissent même pas les limites du parc, ajoute Samson Rukira, un militant de la ville voisine de Rutshuru. Alors que la conservation nécessite l’implication de la communauté pour résoudre les problèmes, dit-il, « nous sommes dans des zones qui ne sont pas sécurisées, et cela signifie peut-être que les gardes forestiers ne peut pas être en dialogue.

De Merode est sensible aux plaintes de la communauté selon lesquelles des individus se voient refuser l’accès aux vastes richesses du parc. « Des centaines de milliers, probablement des millions, de personnes souffrent de ce que nous espérons être un coût à court terme pour transformer ce parc en un atout positif. Si nous échouons, nous faisons plus de mal que de bien », dit-il. « Mais nous croyons passionnément qu’il peut être inversé – cet écosystème, ce parc. »

Son plan pour y parvenir repose sur les trois centrales hydroélectriques que le parc a ouvertes depuis 2013, à Matebe, Mutwanga et Luviro ; un quatrième est en construction. Si vous pouvez alimenter votre maison, selon la théorie, vous n’avez pas besoin de couper des arbres pour cuisiner. L’électricité soutient de nouveaux emplois et entreprises, comme les coopératives de café et la production de graines de chia. Et, bien sûr, la mine Bitcoin.

« C’est l’idée fausse que nous voulons le plus corriger : que les Virunga ne concernent que la faune », poursuit de Merode. « Non, il s’agit de la communauté par la vie sauvage. Notre rôle est d’essayer de faciliter cela. Il n’y a aucun moyen de pratiquer la conservation dans l’un des pays les plus troublés du monde sans soutien local, dit-il.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.