Sarah Low ’03 a étudié l’architecture au MIT, mais maintenant elle passe la plupart de ses journées en salle d’opération ou à l’extérieur en tant que vétérinaire. Son domaine d’intérêt est les chevaux en liberté, une population qui augmente aux États-Unis: le nombre de mustangs gérés par le gouvernement fédéral dans les États de l’Ouest devrait atteindre 2,8 millions d’ici 2040 si aucune mesure n’est prise. «Ils sont en concurrence avec d’autres espèces vraiment sauvages et détruisent de nombreux habitats», dit Low. «C’est devenu une situation de crise pour la gestion des terres fédérales.» La stratégie actuelle consiste à les retirer de la terre pour les détenir ou les adopter par le secteur privé. Il y a quelque 50 000 chevaux dans les établissements de détention fédéraux, fait-elle remarquer, et leurs soins à vie coûtent historiquement aux contribuables environ 48 000 $ chacun.

Sarah Low '03

PHOTO DE COURTOISIE

La contraception est un objectif à long terme pour la gestion fédérale, mais l’administration d’un vaccin contraceptif implique généralement de chasser les chevaux dans des pièges avec un hélicoptère. Cela les effraie tellement qu’il est difficile de les récupérer pour les rappels nécessaires chaque année, et cela peut entraîner des blessures et des familles séparées. L’organisation à but non lucratif de Low, Humane Horse Handling, teste une méthode à faible stress utilisant l’approche et le retrait d’un drone pour produire une réponse «curieuse alerte», incitant des troupeaux entiers à suivre.

L’amour de Low pour les chevaux a commencé dans l’enfance, lorsque sa mère l’a emmenée faire des promenades à poney au Griffith Park à Los Angeles. Elle a ensuite pris des cours d’équitation près de l’hippodrome de Del Mar, où elle se rendait en bus après l’école. «La grange est devenue mon sanctuaire», se souvient Low, qui se décrivait comme un gamin à clé. «C’était un endroit où je pouvais aller au lieu d’être seul.»

Au MIT, elle a rejoint le club équestre, et entre les cours, a pris des emplois pour entraîner des rats (dans un laboratoire de neurosciences) et un perroquet gris africain nommé Alex (au MIT Media Lab, travaillant avec la célèbre experte en cognition animale Irene Pepperberg 69).

Elle a fait un détour par la télévision après l’obtention de son diplôme, y compris un passage en tant qu’assistante monteuse sur MTV. Pimp My Ride. Elle a entraîné des chevaux sur le côté, décrochant un travail de piégeage de chevaux sauvages à Hawaï – et cela l’a amenée à l’école vétérinaire.

Vivant maintenant dans la campagne de Blacksburg, en Virginie – avec trois chevaux à elle, plus son mari Ellis Low ’98 et leur fille – elle fournit des soins vétérinaires à bas prix grâce à Mountain View Humane. Mais depuis qu’elle a cofondé Humane Horse Handling en 2018, elle s’est efforcée de faire en sorte que les chevaux en liberté soient traités avec compassion, non seulement par les autorités fédérales, mais également lorsqu’ils sont placés chez des propriétaires privés. «Il s’agit vraiment de préserver et de favoriser le lien humain-animal», dit-elle.