REMOTICON 2021 // Jay Doscher prouve que Tinkercad n’est pas seulement pour les enfants

Nous avons invité [Jay Doscher] pour nous donner un aperçu de son processus de conception de pièces imprimées en 3D pour l’impressionnante gamme de cyberdecks que nous avons couverts depuis 2019.

[Jay] a fait ses débuts en tant que fabricant grâce au travail du bois au lycée, obtenant la satisfaction de faire passer quelque chose de l’idée à la réalité. Après qu’un cours plus récent de forge et de fabrication de haches lui ait montré ce qu’il pouvait faire lorsqu’il était vraiment concentré, son piratage matériel a vraiment décollé et sa gamme de cyberdecks et d’autres ordinateurs portables est née.

Si vous avez entendu parler de Tinkercad, vous pensez probablement que c’est juste pour les enfants. Conçu comme un outil pédagogique, [Jay] a constaté que le plus jeune frère d’Autodesk du Fusion 360, alimenté par des professionnels (et à un prix abordable), avait tout le nécessaire pour créer des cyberdecks. Si vous êtes prêt à contourner quelques limitations, au prix très bas de la gratuité, Tinkercad pourrait également vous convenir.

Quelles limites ? Pour commencer, Tinkercad n’est disponible que dans un navigateur et en ligne. Il n’y a pas non plus de garantie qu’il restera gratuit, mais [Jay] note qu’avec son accent sur l’éducation, cela devrait rester le cas. Il n’y a pas de bibliothèque de composants communs à importer lors de la modélisation. Et, lorsque votre modèle est terminé, les options d’exportation sont limitées aux formats SVG 2D et STL 3D, OBJ et GBL axés sur les jeux. [Jay] a converti ceux-ci en d’autres formats pour la découpe au laser et le fichier STEP qu’un atelier d’usinage attend, mais admet que c’est quelque chose qui ajoute de la complexité et est une gêne.

retour7-TinkerCad-Alignement

Dans la conversation, [Jay] discute du passage de ses explorations initiales « grinçantes » avec Tinkercad, à son premier cyberdeck, un peu d’histoire sur ce terme, et l’évolution de son métier. Il s’agit principalement d’une démonstration pratique de la façon de travailler avec Tinkercad, pleine de trucs et astuces pour le logiciel lui-même et d’implications pour l’impression 3D vous-même, l’assemblage et l’usinage par d’autres.

Bien qu’assez limité, Tinkercad permet toujours aux opérations booléennes de joindre deux volumes ou de soustraire l’un à l’autre. [Jay] fait un travail formidable en décollant les couches d’opérations, montrant comment des combinaisons de «solides» et de «trous» ont généré un assemblage complexe avec des poches, des trous étagés pour les fixations et de multiples pièces alignées pour son prochain cyberdeck. Même si vous avez déjà un outil de CAO préféré, une autre approche pourrait élargir votre esprit, tout comme l’écriture de logiciels dans des langages de programmation étranges.

Voir les dernières nouvelles de [Jay] sur Instagram et son site Web, ou contactez Discord.