« Si longtemps », ont dit tous les poissons conducteurs de chars

Bien que certains d’entre nous soient fortement aidés par les applications et la livraison des téléphones intelligents, les humains n’ont pas besoin de GPS pour trouver de la nourriture. On sait où est le frigo. L’épicerie. Le service au volant. Et nous n’avons pas vraiment besoin d’une carte pour trouver un abri, dans le sens où un abri est facilement identifiable lors d’une tempête. Vous pourriez dire que nos compétences de navigation les plus importantes sont innées, du moins lorsque nous sommes dans notre environnement normal. Déposez-nous dans une autre ville et nous pourrons probablement encore identifier des surplombs viables, des cafés et des stands de nourriture.

La question est de savoir si ces compétences de navigation varient selon les espèces ou l’environnement? Ou les outils nécessaires pour chercher de la nourriture, rencontrer des amis et chercher un abri sont-ils plus universels ? Pour tester les eaux de cette question, des chercheurs israéliens ont construit une voiture robotisée et ont appris à six poissons à naviguer avec succès vers une cible avec une récompense alimentaire. Cette expérience est une méthodologie de transfert de domaine, qui consiste à explorer si une espèce peut effectuer des tâches en dehors de son environnement naturel. Pensez à toute la préparation de Vostok et du projet Mercury.

La course à la nourriture

Les chercheurs ont été inspirés par une autre équipe qui a appris aux rongeurs et aux chiens à atteindre une cible via un véhicule automatisé, et un engin différent appelé Fish on Wheels qui sert le même objectif. Essentiellement, ce véhicule à poisson (FOV) est un réservoir sur une plate-forme robotique d’apparence standard équipée d’une caméra descendante. Les mouvements du poisson sont suivis et traduits en commandes de conduite qui font tourner la plate-forme.

Voici ce que nous savons du FOV : le cadre mesure 40 cm x 40 cm x 19 cm et il se déplace sur quatre roues omnidirectionnelles, chacune étant entraînée par un moteur à courant continu à balais. Le réservoir en acrylique mesure 35 cm x 35 cm x 28 cm et a été rempli de 15 cm d’eau. Assez pour le poisson, mais pas au point qu’il clapote et se répande.

Il n’a fallu que « plusieurs » jours d’entraînement avant que les poissons ne réussissent à naviguer vers leur cible alimentaire à partir de différents points de départ dans la pièce. Étonnamment, ils n’ont pas été trompés par de fausses cibles, ni n’ont été consternés lorsqu’ils ont percuté les murs avec le char. L’équipe a également montré que les poissons utilisaient plusieurs types d’indices pour conduire le réservoir, y compris la couleur et l’emplacement de la cible.

La capacité de naviguer est-elle universelle pour toutes les espèces, indépendamment de l’environnement ? Cette étude semble le suggérer, bien que le document lui-même ne soit disponible que sous forme d’extraits sans paiement ni accès institutionnel. Vous pouvez voir une vidéo du (FOV) en action ci-dessous.

Les animaux étant des frères

Ce n’est pas la première fois que nous voyons des animaux intelligents, ni même le premier cas de poisson au volant. Certains animaux sont même apaisés par des plateformes robotiques en dessous d’eux. Plus récemment, nous avons entendu parler de certains rats qui ont appris à jouer à Doom dans une arène de réalité virtuelle automatisée en courant au sommet d’une sphère qui fonctionne comme une souris à l’envers.

Certains pourraient dire qu’il n’y a aucune utilité dans ces expériences. Si ce sont les résultats que vous voulez, utilisez des pigeons pour guider vos missiles, ou des pies pour rassembler les désordres de Marlboros.

Merci pour le conseil, [chaosbc]!