Sony lance sa première manette accessible

« Notre objectif pour le projet Leonardo est qu’il permette à beaucoup plus de joueurs de profiter des jeux remarquables que PlayStation Studios et notre communauté de développement créent pour PS5 », déclare Ryan. « Des millions de joueurs jouent à des jeux pour s’évader dans une expérience amusante, nouer de nouvelles amitiés ou passer du temps ensemble. L’opportunité de rendre le jeu accessible à plus de joueurs est quelque chose qui nous passionne tous chez SIE.

La collaboration entre les personnes handicapées et PlayStation est également révélatrice de l’engagement de l’industrie à promouvoir l’accessibilité. Project Leonardo partage des similitudes avec le Xbox Adaptive Controller de Microsoft. Sur les systèmes Xbox et Windows, les joueurs peuvent activer une fonctionnalité appelée Copilot, leur permettant de connecter deux contrôleurs qui agissent comme un seul appareil. Pour les joueurs handicapés physiques qui ont du mal à atteindre certaines entrées ou même à appuyer sur des boutons spécifiques, la possibilité de choisir est cruciale. Dans un communiqué de presse, un porte-parole de Sony Interactive Entertainment a expliqué les mécanismes de la version PlayStation de Copilot :

Project Leonardo « peut être utilisé comme contrôleur autonome ou associé à des contrôleurs sans fil Project Leonardo ou DualSense supplémentaires. Jusqu’à deux contrôleurs Project Leonardo et un contrôleur sans fil DualSense peuvent être utilisés ensemble comme un seul contrôleur virtuel, permettant aux joueurs de mélanger et assortir les appareils pour répondre à leurs besoins de jeu particuliers ou pour jouer en collaboration avec d’autres. Par exemple, les joueurs peuvent augmenter leur contrôleur DualSense avec un contrôleur Project Leonardo ou utiliser deux contrôleurs Project Leonardo seuls. Un ami ou un membre de la famille peut également aider en aidant à contrôler le personnage de jeu du joueur avec un contrôleur DualSense ou un deuxième contrôleur Project Leonardo. Les contrôleurs peuvent être activés ou désactivés de manière dynamique et utilisés dans n’importe quelle combinaison.

Outre la possibilité d’utiliser plus d’un des nouveaux contrôleurs, le nouvel appareil peut également être associé à des boutons et commutateurs tiers externes pour améliorer son accessibilité globale. Sony n’a pas précisé si le projet Leonardo sera compatible avec le kit adaptatif Logitech ou quelle interopérabilité PC il y aura, ou même si le projet Leonardo sera le nom définitif de l’appareil lors de sa mise sur le marché. Mais plus d’alternatives signifient que les joueurs handicapés physiques ne seront pas limités dans leurs configurations. Et, comme le note Jim Ryan, c’est le but.

Avec l’aimable autorisation de Sony

Avec plus de jeux, et maintenant des consoles, ouverts à tous les joueurs, y compris les personnes handicapées, les joueurs peuvent explorer et vivre les mêmes moments qui définissent la culture pop que les jeux continuent de créer. Le projet Leonardo n’est qu’un outil parmi un arsenal d’accessibilité en constante évolution. Mais pour les personnes handicapées physiques qui ne peuvent pas utiliser une PS5, cette manette comblera l’écart.

« Notre mission est d’utiliser la technologie et l’innovation pour rendre le jeu plus accessible à tous », déclare Ryan. « Nous travaillons vers un avenir où les joueurs de tous niveaux peuvent partager la joie du jeu. Que ce soit par le biais des paramètres d’accessibilité dans le jeu, des fonctionnalités de l’interface utilisateur de la plate-forme ou de nouveaux produits comme Project Leonardo, nos studios PlayStation et nos équipes de développement de produits sont profondément passionnés pour en faire une réalité. Notre espoir est que l’industrie du jeu devienne encore plus inclusive, et nous sommes reconnaissants de jouer un rôle dans ce voyage.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.