Un nouveau type de rein de porc modifié génétiquement vient d'être transplanté chez une personne

«C'est une période terriblement excitante», déclare Andrew Cameron, chirurgien transplanteur au Johns Hopkins Medicine de Baltimore. « Il y a un avenir radieux dans lequel les 100 000 patients inscrits sur la liste d’attente pour une transplantation rénale, et peut-être même les 500 000 Américains sous dialyse, se verront proposer plus systématiquement un rein de porc comme l’une de leurs options », ajoute Cameron.

Tous les patients vivants qui ont reçu des cœurs et des reins de porc ont eu accès aux organes dans le cadre du programme d'accès élargi de la FDA, qui permet aux patients souffrant de maladies potentiellement mortelles de recevoir des thérapies expérimentales en dehors des essais cliniques. Mais les patients pourraient bientôt avoir une autre option. Johns Hopkins et NYU visent tous deux à lancer des essais cliniques en 2025.

Dans les semaines à venir, les médecins surveilleront de près Pisano pour détecter tout signe de rejet d'organe, qui se produit lorsque le système immunitaire du receveur identifie le nouveau tissu comme étranger et commence à l'attaquer. C'est un problème même dans le cas des greffes de rein humain, mais le risque est encore plus grand lorsque le tissu provient d'une autre espèce, une procédure connue sous le nom de xénotransplantation.

Pour éviter le rejet, les entreprises qui produisent ces porcs ont introduit des modifications génétiques pour rendre leurs tissus moins étrangers et réduire le risque qu'ils déclenchent une attaque immunitaire. Mais on ne sait pas encore exactement combien d’altérations génétiques sont nécessaires pour éviter le rejet. Le rein de Slayman provenait d'un porc développé par eGenesis, une société basée à Cambridge, dans le Massachusetts ; il a 69 modifications. La grande majorité de ces modifications visent à inactiver l'ADN viral dans le génome du porc afin de garantir que ces virus ne puissent pas être transmis au patient. Mais 10 d’entre eux ont été utilisés pour empêcher le système immunitaire de rejeter l’organe.

Le rein de Pisano provient de porcs porteurs d'une seule altération génétique : éliminer de la surface de ses cellules un sucre spécifique appelé alpha-gal, qui peut déclencher un rejet immédiat d'organe. « Nous pensons que moins c'est plus, et que la principale modification génétique introduite dans les porcs et les organes que nous utilisons constitue le problème fondamental », déclare Montgomery. « La plupart de ces autres modifications peuvent être remplacées par des médicaments disponibles pour les humains. »

Un conteneur indiquant « Organe porcin pour transplantation. Garder droit. Xénokidney. Manipuler avec précaution » est retiré de la boîte de transport froide.

JOE CAROTTA/NYU LANGONE SANTÉ

Le rein est implanté avec un morceau de thymus du porc, qui joue un rôle clé dans la formation des globules blancs à faire la distinction entre amis et ennemis. L'idée est que le thymus aidera le système immunitaire de Pisano à apprendre à accepter les tissus étrangers. Le soi-disant UThymoKidney est développé par United Therapeutics Corporation, mais la société a également créé des porcs présentant 10 altérations génétiques. L'entreprise « voulait effectuer plusieurs tirs au but », explique Leigh Peterson, vice-président exécutif du développement de produits et de la xénotransplantation chez United Therapeutics.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.