Un Soyouz endommagé pourrait laisser l’équipage sans retour à la maison

Bien qu’étrangement beau à sa manière, c’est un spectacle qu’aucun astronaute ne veut voir : leur vaisseau spatial, le seul moyen pour eux de retourner sur Terre, éjectant d’innombrables gouttelettes irisées de quelque chose dans l’espace.

Lorsque l’équipage de Apollo 13 ont vu leur vaisseau saigner littéralement lors de leur voyage vers la Lune, il était clair que la mission, et finalement leurs vies, étaient en danger. Heureusement, la situation actuelle n’est pas aussi grave, car le vaisseau spatial Soyouz MS-22 qui fuit amarré à la Station spatiale internationale ne pose aucun danger immédiat pour les personnes à bord du laboratoire en orbite. Mais il s’agit toujours d’une situation sans précédent, et pour ramener son équipage à la maison, les ingénieurs au sol devront prendre des décisions très difficiles.

Cette situation continue de se développer, et ni la NASA ni son homologue russe Roscosmos n’ont publié beaucoup de détails. Mais nous pouvons faire des suppositions éclairées à partir de la vidéo et des images que nous avons vues de la capsule Soyouz endommagée, et d’après ce qui a été montré au public jusqu’à présent, les choses ne vont pas bien.

Fonctionne à vide

Le mercredi 14, alors que les cosmonautes russes Sergey Prokopyev et Dmitriy Petelin se préparaient à commencer une activité extravéhiculaire (EVA) programmée qui les aurait emmenés à l’extérieur de la Station, une alerte s’est déclenchée indiquant que les niveaux de liquide de refroidissement dans le Soyouz MS-22 amarré capsule tombaient. Lors du panoramique des caméras externes vers le vaisseau spatial, il était immédiatement clair qu’il ne s’agissait pas d’une fausse alarme – car du liquide pouvait être vu cracher de l’arrière du véhicule.

Comme illustré dans le schéma ci-dessus, le Soyouz pompe le liquide de refroidissement à travers une paire d’échangeurs de chaleur situés dans le module orbital (à gauche) et le module de descente (au centre), qui se dirige finalement vers plusieurs radiateurs externes montés à l’extérieur du module de service (à droite ). Les conduites de liquide de refroidissement qui relient ces modules courent en fait le long de l’extérieur de la coque de l’engin, bien qu’elles soient masquées par les couvertures thermiques qui couvrent la majeure partie de l’extérieur du véhicule.

Bien que la cause exacte de la fuite ne soit pas encore connue, la théorie actuelle est qu’un micrométéoroïde ou un autre petit débris spatial a heurté les radiateurs ou l’une des conduites de refroidissement externes. L’espoir était qu’un examen plus approfondi au cours du week-end pourrait aider à déterminer la cause de la fuite, mais dans tous les cas, le résultat est le même. Sans aucun moyen d’endiguer le flux, on pense que tout le liquide de refroidissement du système a été déversé par-dessus bord pendant l’événement, laissant le système inutilisable.

Le système est chargé non seulement de maintenir l’intérieur du module de descente à une température confortable pour ses occupants humains, mais également de refroidir les ordinateurs de vol et d’autres équipements enfouis profondément dans l’engin. Essayer de réparer et de remplir le système de refroidissement en orbite serait exceptionnellement difficile, et sera presque certainement considéré comme trop risqué pour être même tenté. Ainsi, la question à laquelle les ingénieurs russes doivent maintenant répondre est de savoir si le Soyouz peut ou non ramener en toute sécurité son équipage de trois personnes sur Terre avec son système de refroidissement hors ligne.

Sauvetage à distance

Au moment d’écrire ces lignes, aucune annonce officielle n’a été faite, mais de nombreux experts de l’espace sont d’avis que l’approche la plus sûre consiste à supposer que le Soyouz MS-22 n’est plus en état de voler. Alors qu’un test du système effectué après la découverte de la fuite a montré que le véhicule semblait fonctionner normalement et que ses propulseurs étaient toujours fonctionnels, la possibilité que l’ordinateur surchauffe et s’arrête pendant le vol présente un risque inacceptable pour l’équipage. La procédure de rentrée peut être effectuée manuellement si cela est absolument nécessaire, mais il est probable que la capsule atterrirait en dehors des coordonnées désignées, ce qui compliquerait les opérations de récupération.

Salyut 6 avec les engins spatiaux Soyouz et Progress amarrés
Salyut 6 avec les engins spatiaux Soyouz et Progress amarrés.

Bien sûr, cela suppose que le système de refroidissement est la seule chose endommagée. Si l’engin a été frappé par un morceau de débris spatial, on ne sait pas quels autres systèmes auraient pu être touchés sans un examen approfondi – ce qui peut être difficile à faire à partir d’un EVA.

Si Roscosmos détermine que le Soyouz MS-22 n’est plus adapté, il décidera probablement de faire voler le prochain Soyouz vers l’ISS à distance afin qu’il puisse remplacer le véhicule endommagé. Si possible, ils pourraient même repousser la date de lancement actuellement prévue en mars 2023.

Bien qu’extrêmement rare, une telle situation n’est pas sans précédent. En avril 1979, lorsque la viabilité de leur capsule Soyouz est remise en question, l’équipage de la station soviétique Saliout 6 doit attendre un nouveau vaisseau spatial pour les ramener chez eux. En fin de compte, les deux véhicules sont revenus sur Terre en toute sécurité, mais cela ne signifie pas que cela ne valait pas le temps et les dépenses supplémentaires pour s’assurer que l’équipage avait les meilleures chances de survie.

Pas assez de canots de sauvetage

Mais il y a un problème avec ce plan. S’il est déterminé que le Soyouz MS-22 n’est plus sûr pour les occupants humains et doit être remplacé, cela signifiera que pour la première fois de son histoire, il n’y aura pas assez de vaisseaux spatiaux amarrés à la Station spatiale internationale pour apporter tous du retour des membres d’équipage en cas d’urgence.

Dans le cas improbable où l’ISS subirait une défaillance catastrophique avant qu’un nouveau Soyouz puisse être envoyé, Sergey Prokopyev et Dmitry Petelin, ainsi que l’astronaute américain Francisco Rubio, n’auront aucun moyen sûr de quitter la Station. Par nécessité, ils seraient probablement chargés de monter à bord du Soyouz MS-22 semi-fonctionnel et de se préparer à se désamarrer s’ils avaient besoin d’évacuer, mais ce qui se passera après cela dans ce scénario cauchemardesque est une énigme. Espérons que nous n’aurons pas à le découvrir.

François Zipponi
Je suis François Zipponi, éditorialiste pour le site 10-raisons.fr. J'ai commencé ma carrière de journaliste en 2004, et j'ai travaillé pour plusieurs médias français, dont le Monde et Libération. En 2016, j'ai rejoint 10-raisons.fr, un site innovant proposant des articles sous la forme « 10 raisons de... ». En tant qu'éditorialiste, je me suis engagé à fournir un contenu original et pertinent, abordant des sujets variés tels que la politique, l'économie, les sciences, l'histoire, etc. Je m'efforce de toujours traiter les sujets de façon objective et impartiale. Mes articles sont régulièrement partagés sur les réseaux sociaux et j'interviens dans des conférences et des tables rondes autour des thèmes abordés sur 10-raisons.fr.