Vizio dans l’eau chaude sur les violations de la GPL Smart TV

Comme la plupart des membres de cette communauté le savent, il y a de fortes chances que tout produit de consommation sur le marché qui est annoncé comme « intelligent » de nos jours ait probablement une forme de Linux sous le capot. Nous sommes également tout à fait conscients qu’amener les entreprises à tenir leur part du marché lorsqu’il s’agit d’utiliser Linux et d’autres logiciels sous licence GPL dans leurs produits, à savoir publier leur source modifiée, n’est pas toujours aussi clair qu’il devrait l’être. .

Parfois, ces entreprises non conformes agacent quelqu’un au point d’essayer de faire quelque chose, c’est là que se trouve actuellement le fabricant de téléviseurs intelligents Vizio. La Software Freedom Conservancy (SFC) a récemment annoncé qu’elle poursuivait la société basée à Irvine, en Californie, pour ses échecs répétés à répondre aux exigences de la GPL lors du développement de son micrologiciel SmartCast TV sous Linux. En plus du noyau Linux, le SFC affirme également que Vizio utilise des versions modifiées de diverses autres œuvres protégées par GPL et LGPL, telles que U-Boot, bash, gawk, tar, glibc, et ffmpeg.

D’après le communiqué de la SFC, le groupe ne recherche aucun dédommagement pécuniaire. Ils veulent simplement que Vizio fasse ce qui leur est demandé conformément à la GPL et publie le code source SmartCast, qui, espèrent-ils, permettra le développement d’un micrologiciel de remplacement de type OpenWrt pour les anciens téléviseurs intelligents Vizio. Ceci est particulièrement important car les modèles plus anciens cesseront souvent de recevoir des mises à jour et, dans de nombreux cas, ne pourront plus accéder à tous les services qu’ils ont été annoncés comme étant capables de prendre en charge. Il est clair que la SFC souhaite que cette affaire soit examinée dans le cadre du débat plus large sur le droit à la réparation, et étant donné le terrible firmware avec lequel nous avons vu certains de ces téléviseurs intelligents livrés, nous sommes enclins à être d’accord.

Maintenant, bien sûr, nous avons vu des cas comme celui-ci apparaître dans le passé. Mais ce qui rend celui-ci unique, c’est que le SFC ne représente pas l’un des développeurs dont le logiciel fait partie de SmartCast de Vizio, ils sont en fait le plaignant. En prenant la position d’un consommateur qui a acheté un produit Vizio incluant un logiciel GPL, la SFC est considérée comme un tiers bénéficiaire, et elle demande simplement au tribunal ce qui lui est dû en vertu des termes de la licence.

En tant que fervents partisans du mouvement open source, nous avons une tolérance zéro pour les contrevenants aux licences. Vizio n’est pas un adolescent aux yeux écarquillés, copiant au hasard le code qu’ils ont trouvé sur GitHub sans en comprendre les implications. Il s’agit d’une entreprise de plusieurs milliards de dollars qui devrait absolument être mieux informée, et nous serons heureux de les voir tourner un peu dans le vent avant qu’elles ne soient finalement obligées de respecter les règles.