Vous pouvez trouver des radars militaires sur des données satellitaires accessibles au public

Lorsqu’il s’agit de traquer les installations radar militaires et le matériel associé, nous pensons généralement à des équipements qui se situent fermement dans la fourchette de prix des États-nations et de leurs forces militaires. Qu’il s’agisse de radars d’alerte avancée, de ceux utilisés pour la défense aérienne ou à des fins navales, on pourrait penser qu’il est relativement difficile d’intercepter ou de suivre ces émissions.

Cependant, un nouvel outil construit par le conférencier en géoinformatique Ollie Ballinger montre que ce n’est pas le cas. En fait, les données librement disponibles capturées par satellite peuvent être utilisées pour trouver toutes sortes d’émetteurs radar militaires. Découvrons comment !

Les données ouvertes révèlent des choses surprenantes

Un diagramme indiquant comment les interférences des radars militaires apparaissent sur les images satellite SAR. Crédit : Ollie Ballinger, utilisé avec permission

La découverte que des données satellitaires librement disponibles pourraient révéler les emplacements des radars militaires est venue des travaux de Harel Dan, un ingénieur géospatial d’Israël. Dan examinait les données capturées par le radar à synthèse d’ouverture des satellites Sentinel de l’Agence spatiale européenne. Après avoir accidentellement maximisé l’affichage du bruit et des interférences sur les images synthétiques, il a remarqué d’étranges bandes apparaissant à divers endroits au Moyen-Orient, et une enquête sur la cause a commencé.

Les satellites Sentinel-1A et Sentinel-1B, exploités par l’Agence spatiale européenne (ESA), embarquent des instruments radar à synthèse d’ouverture (SAR) fonctionnant dans la bande C, le spectre prenant des fréquences de 4,0 à 8,0 GHz. Le SAR utilise essentiellement le mouvement du vaisseau spatial pour créer une grande ouverture d’antenne « synthétique » pour capturer des images radar du sol. La technique permet au SAR d’imager le sol comme s’il avait une antenne beaucoup plus grande qu’elle ne l’est réellement, grâce au mouvement du vaisseau spatial. Il donne au SAR une résolution spatiale beaucoup plus élevée que ce qui est possible avec un radar à balayage traditionnel.

Les images SAR capturées à partir de deux satellites peuvent être superposées pour réduire la zone dans laquelle un émetteur radar interférant pourrait se trouver. Crédit : Ollie Ballinger, utilisé avec permission

Les systèmes d’imagerie SAR à bord des satellites Sentinel fonctionnent dans la même gamme de fréquences que de nombreux radars militaires. Au fur et à mesure que les satellites passaient au-dessus de leur tête, envoyant des signaux radar au sol et captant les retours, ils captaient également les émissions des systèmes radar militaires, qui apparaissaient sous forme de bandes bleu et rouge vif sur les images radar SAR.

Il s’avère que Dan voyait des interférences causées par les systèmes de défense aérienne MIM-104 Patriot PAC-2 installés dans divers États du Moyen-Orient. Étant donné que l’ESA rend toutes les données des satellites Sentinel accessibles au public, cela signifiait que toute personne souhaitant approfondir les données pouvait également voir cette interférence.

Les satellites Sentinel fonctionnent généralement dans un mode où ils imagent des bandes de terre de 250 km de long et 5 km de large avec leur appareil radar. Lorsqu’un système radar militaire est en opération dans une telle bande de terre, il crée une traînée lumineuse sur toute la bande de 250 km x 5 km. Lorsque les images de Sentinel-1A et Sentinel-1B sont superposées, il est possible de voir un point où deux bandes affectées par des interférences se croisent. Cela peut réduire la zone dans laquelle le système radar pourrait être situé – dans le chevauchement entre les deux bandes d’interférence.

Bandes de brouillage causées par les systèmes radar en Suède. Source : Suivi des interférences radar

Armé de la connaissance de ce phénomène, Ollie Ballinger a entrepris de créer un outil permettant aux chercheurs de rechercher plus facilement des radars à l’aide des données accessibles au public des satellites Sentinel-1 – le Radar Interference Tracker (RIT). Il peut révéler des interférences captées par une large gamme de radars militaires, des systèmes Patriot construits aux États-Unis, au FCS-3 japonais, au Type-381 chinois et même au système de missile sol-air russe S-400. Si ces systèmes ont leur radar allumé lorsqu’un satellite Sentinel-1 passe au-dessus, ils devraient être visibles sur le RIT.

Une bande de brouillage particulièrement forte est facilement visible au Qatar. Source : Suivi des interférences radar

L’outil permet aux utilisateurs d’examiner les données à partir de moments donnés, aidant les chercheurs à savoir quand et où les systèmes radar militaires ont été activés. Les graphiques d’interférence captés par les satellites au fil du temps aident à trouver rapidement les périodes pertinentes.

Il convient de noter que le RIT n’est pas un outil de renseignement concluant à lui seul. Souvent, les interférences trouvées sur ces images doivent être corroborées avec d’autres données d’imagerie satellitaire optique ou d’autres rapports de renseignement pour confirmer les mouvements de matériel militaire. Un autre problème est que les satellites mettent plusieurs jours pour revisiter une zone donnée ; si un radar est allumé et éteint entre les passages de satellites, il n’apparaîtra pas dans les données. Cependant, le RIT peut toujours s’avérer utile pour identifier rapidement les zones d’intérêt en ce qui concerne le matériel radar militaire.

C’est formidable de voir l’ESA partager des données satellitaires pour que tout le monde puisse les utiliser, et c’est également merveilleux de voir des outils open source améliorer ce qui peut être fait avec ces données. Les personnes intéressées par le RIT peuvent même plonger dans le code elles-mêmes sur Github. Cela montre ce qui peut être fait par la communauté au sens large lorsque l’information est mise à la disposition de tous !

(Note de la rédaction : cet article a été conçu et écrit avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie.)