Critique de « Total War: Warhammer III »: un dernier chapitre approprié

Une horde de des bêtes grotesques et des monstres esclavagistes dirigés par un démon cornu volant incroyablement énorme brandissant une épée flamboyante menacent de balayer mon armée. Flèches, lances et haches pleuvent sur des écailles imperméables et des armures étincelantes. Ma ligne de front terrifiée cède déjà du terrain alors que cette force monstrueuse monte la pente. Les munitions diminuent. Quand le démon vole au-dessus de moi, plongeant pour attaquer par derrière, mes soldats vacillent. Ils sont prêts à fuir, jusqu’à ce que ma reine des glaces charge dans la mêlée au sommet d’un ours de guerre rugissant, déclenchant des sorts qui gèlent nos ennemis. Elle renverse la vapeur. Nous vivons pour nous battre un autre jour.

Total War : Warhammer 3 est l’aboutissement de la plus belle série de stratégie jamais réalisée, et c’est une colline que je un m prêt à mourir. Cette dernière entrée (disponible sur PC et Xbox Game Pass) accueille la lutte habituelle pour la domination entre des factions disparates – certaines familières, d’autres nouvelles – mais pour la première fois, nous devons rallier nos troupes et les conduire dans le Chaos Realm pour affronter les horreurs qui mettra au défi leur santé mentale même.

L’échelle de ce jeu est incroyable, avec une carte de campagne qui éclipse ses prédécesseurs, de nouvelles factions jouables avec des styles différents et un récit convaincant qui se tisse dans votre conseiller âgé et son Tome of Fates. Les vétérans se sentiront comme chez eux avec ce mélange de bataille en temps réel et de stratégie au tour par tour, mais il existe un excellent didacticiel pour rafraîchir votre mémoire et armer les nouveaux arrivants avec les connaissances dont ils ont besoin pour entrer dans la bataille.

L’évolution de la guerre totale

Avec l’aimable autorisation de Creative Assembly

La série Total War m’a captivé au début avec Shogun : guerre totale en 2000. J’ai combattu pour la gloire de Rome, la Chine unifiée et mené Napoléon à la victoire en Europe. j’ai même regardé Commandants du tempsune étrange émission de télévision où des historiens (ayant peu ou pas d’expérience des jeux vidéo) ont reconstitué de célèbres batailles romaines dans le jeu qui est devenu Rome : guerre totale. La possibilité de réécrire l’histoire était alléchante, mais les tactiques et les unités militaires employées par différentes nations en sont souvent venues à se ressembler.

Le monde fantastique de Warhammer a libéré Total War des limites de l’exactitude historique et Warhammer II était un jeu auquel vous pourriez jouer pour toujours. L’agitation de la magie dans le mélange a revigoré la série avec des elfes, des gobelins, des nains, des hordes de morts-vivants dirigées par des vampires et des abominations du royaume du chaos, aux côtés de factions humaines faisant écho à des chevaliers chevaleresques ou à des Vikings. Jouer en tant que factions différentes signifiait adopter de nouvelles tactiques, comprendre les mécanismes sous-jacents divergents pour développer les civilisations et satisfaire des objectifs disparates pour remporter la victoire.

Dans Warhammer III, vous pouvez choisir parmi sept factions (huit si vous avez précommandé). Les options humaines sont le Kislev familier (clairement inspiré de la Russie médiévale) et le Grand Cathay (basé sur la Chine impériale) ; puis il y a les quatre dieux du Chaos (Khorne, Tzeentch, Nurgle et Slaanesh) et les Démons du Chaos (vous permettant de jouer en tant que Prince Démon ailé et cornu que j’ai mentionné plus tôt). Le premier contenu téléchargeable (inclus pour tous ceux qui ont précommandé) est le grotesque Ogre Kingdoms, qui considère tous les ennemis comme de la nourriture pour la Grande Gueule.

Comme toujours, vous vous battez pour la domination d’une carte de campagne. Mais alors que vous pouvez gagner en détruisant certaines factions et en gardant le contrôle de 50 provinces, il existe un autre chemin vers la victoire.

Le royaume du chaos

Avec l’aimable autorisation de Creative Assembly

Le grand ours-dieu Urson est un prisonnier du prince démon parvenu Be’lakor, et ses affres de la mort périodiques ouvrent des failles dans votre monde. Votre chef de faction peut emmener une armée à travers ces portails vers les domaines bizarres des quatre dieux du Chaos. En complétant les épreuves, vous pouvez affronter chacune d’elles et réclamer l’âme d’un prince démon. Collectez les quatre âmes et vous pourrez affronter le grand méchant Be’lakor et sceller le destin d’Urson.

Chacun des royaumes du chaos a son propre style. Le défi principal est de vaincre une série d’armées pour atteindre l’épreuve de force, mais les choses sont pimentées par des tentations qui peuvent vous détourner de votre chemin. Les factions concurrentes se précipitent également pour réclamer ces âmes, vous devez donc vous battre avec une série de décisions angoissantes.