En 2016, Dell Technologies a commandé notre première étude Digital Transformation Index (DT Index) pour évaluer la maturité numérique des entreprises du monde entier. Depuis, nous avons commandé l’étude tous les deux ans pour suivre la maturité numérique des entreprises.

Sam Grocott est vice-président principal du marketing des unités commerciales chez Dell Technologies.

Notre troisième volet de l’indice DT, lancé en 2020 (l’année de la pandémie), a révélé que « la surcharge de données/l’impossibilité d’extraire des informations à partir des données » était le troisième obstacle le plus élevé à la transformation, contre la 11e place en 2016. Cela est un énorme bond du bas vers le haut du classement des obstacles à la transformation numérique.

Ces résultats mettent en évidence un curieux paradoxe : les données ont le potentiel de devenir le principal obstacle à la transformation des entreprises tandis qu’aussi étant leur plus grand atout. Pour en savoir plus sur les raisons de ce paradoxe et là où les entreprises ont le plus besoin d’aide, nous avons commandé une étude avec Forrester Consulting pour approfondir.

L’étude qui en résulte, basée sur une enquête menée auprès de 4 036 décideurs seniors responsables de la stratégie de données de leur entreprise, intitulée : Unveiling Data Challenges Afflicting Businesses Around the World, est disponible à la lecture dès maintenant.

Franchement, l’étude confirme nos inquiétudes : au cours de cette décennie des données, les données sont devenues à la fois un fardeau et un avantage pour de nombreuses entreprises, dont l’un dépend de la capacité de l’entreprise à être prête pour les données.

Alors que Forrester identifie plusieurs paradoxes des données qui entravent les entreprises aujourd’hui, trois contradictions majeures sont ressorties pour moi.

1. Le paradoxe de la perception

Les deux tiers des personnes interrogées diraient que leur entreprise est axée sur les données et déclarent que « les données sont la pierre angulaire de leur organisation ». Mais seulement 21% déclarent traiter les données comme du capital et prioriser leur utilisation dans l’ensemble de l’entreprise aujourd’hui.

De toute évidence, il y a une déconnexion ici. Pour plus de clarté, Forrester a créé une mesure objective de l’état de préparation des données des entreprises (voir figure).

Les résultats ont montré que 88 % des entreprises n’ont pas encore fait progresser leur technologie et leurs processus de données et/ou leur culture et leurs compétences en matière de données. En fait, seulement 12% des entreprises sont définies comme Data Champions : des entreprises qui sont activement engagées dans les deux domaines (technologie/processus et culture/compétences).

2. Le paradoxe « ils veulent plus qu’ils ne peuvent gérer »

La recherche montre également que les entreprises ont besoin de plus de données, mais qu’elles ont trop de données à gérer en ce moment : 70 % déclarent qu’elles collectent des données plus rapidement qu’elles ne peuvent les analyser et les utiliser, mais 67 % disent qu’elles ont constamment besoin de plus de données que leurs capacités actuelles n’en fournissent. .

Bien qu’il s’agisse d’un paradoxe, ce n’est pas si surprenant lorsque l’on considère la recherche de manière holistique, comme la proportion d’entreprises qui n’ont pas encore sécurisé la défense des données au niveau du conseil d’administration et qui se rabattent sur une stratégie informatique qui ne peut pas évoluer (c’est-à-dire, boulonnage sur plus de lacs de données).

Les implications de ce paradoxe sont profondes et de grande envergure. Six entreprises sur 10 sont aux prises avec des silos de données ; 64% des personnes interrogées se plaignent d’avoir une telle surabondance de données qu’elles ne peuvent pas répondre aux exigences de sécurité et de conformité, et 61% déclarent que leurs équipes sont déjà submergées par les données dont elles disposent.

3. Le paradoxe du « voir sans faire »

Alors que les économies ont souffert pendant la pandémie, le secteur à la demande s’est rapidement développé, déclenchant une nouvelle vague d’entreprises axées sur les données, n’importe où, qui paient pour ce qu’elles utilisent et n’utilisent que ce dont elles ont besoin, déterminée par les données qu’elles génèrent. et analyser.

Bien que ces entreprises émergent et se portent très bien, elles sont encore relativement peu nombreuses. Seulement 20 % des entreprises ont déplacé la majorité de leurs applications et de leur infrastructure vers un modèle en tant que service, même si plus de 6 sur 10 pensent qu’un modèle en tant que service permettrait aux entreprises d’être plus agiles, d’évoluer et de fournir des services. applications sans complexité.

Réaliser une percée ensemble

La recherche donne à réfléchir, mais il y a de l’espoir à l’horizon. Les entreprises cherchent à réviser leurs stratégies de données avec un environnement multi-cloud, en passant à un modèle de données en tant que service et en automatisant les processus de données avec l’apprentissage automatique.

Certes, ils ont beaucoup à faire pour amorcer les pompes pour une prolifération de données. Pourtant, il existe une voie à suivre, en modernisant d’abord leur infrastructure informatique afin qu’ils puissent répondre aux données là où elles se trouvent, à la périphérie. Cela implique de rapprocher l’infrastructure et les applications des entreprises de l’endroit où les données doivent être capturées, analysées et exploitées, tout en évitant l’étalement des données, en maintenant un modèle d’exploitation multi-cloud cohérent.

Deuxièmement, en optimisant les pipelines de données, afin que les données puissent circuler librement et en toute sécurité tout en étant augmentées par l’IA/ML ; et troisièmement, en développant des logiciels pour offrir les expériences personnalisées et intégrées dont les clients ont besoin.

Le volume, la variété et la vitesse stupéfiants des données peuvent sembler accablants, mais avec la bonne technologie, les bons processus et la bonne culture, les entreprises peuvent apprivoiser la bête des données, innover avec elle et créer une nouvelle valeur.

Pour en savoir plus sur l’étude, visitez www.delltechnologies.com/dataparadox.

Ce contenu a été produit par Dell Technologies. Il n’a pas été écrit par l’équipe éditoriale du MIT Technology Review.