Il fut un temps où les fers à souder de qualité décente étaient des affaires importantes, des stations de soudage avec une unité de base volumineuse contenant l’électronique et un fer à repasser léger pour le travail. Cela a changé avec l’arrivée d’une nouvelle race de fers à repasser légers contrôlés par microprocesseur. Il y a un nouveau venu dans une entreprise que nous associons davantage aux téléphones open source, aux ordinateurs portables et aux ordinateurs à carte unique, Pine64 a produit le Pinecil. C’est un fer à repasser léger avec des fonctionnalités innovantes à un prix attractif, mais soulève-t-il suffisamment la barre pour affronter la concurrence?

J’ai mis le Pinecil à l’épreuve et, bien que l’appareil soit entièrement open source, faites-lui un démontage pour faire bonne mesure. Spoiler: c’est mon nouveau favori.

Le nouvel enfant peut-il affronter le champion?

Le Pinecil et son astuce par défaut.
Le Pinecil et son astuce par défaut.

J’ai passé ma commande dès la mise en vente du fer et j’ai reçu un cadeau de Noël satisfaisant de Hong Kong. Il y avait un paquet intelligent contenant le fer lui-même pour 24,99 $ et son embout par défaut, et un autre paquet similaire contenant le jeu de pointes fines pour 24,99 $ que j’avais également commandé. En l’ouvrant, j’avais la poignée contenant l’électronique, les pointes et une carte de dérivation USB-C, E / S et JTAG pour les expérimentateurs.

La poignée suit un format similaire au Miniware TS100 et à d’autres fers similaires, en ce sens qu’il s’agit d’un tube en plastique noir moulé d’environ 112 mm de long sur 17 mm de haut sur 13 mm de large, avec des prises USB-C et jack cylindrique à une extrémité, et un ajustement pour les conseils de l’autre. À l’extrémité de la pointe sur le côté inférieur se trouve une saillie moulée qui permet au fer de reposer avec la pointe en l’air si vous n’avez pas de support. Sur le dessus se trouve un petit écran OLED et deux boutons, et contrairement à tous ses concurrents, il a un manchon en caoutchouc de silicone bleu où les doigts des utilisateurs reposeront. Les pointes semblent être identiques à celles utilisées par le TS100, avec la même pièce en céramique tenant les conducteurs qui est insérée dans la poignée, et une petite vis de retenue pour les maintenir en place. Avec la pointe par défaut installée, le fer entier pèse 32,5 g, ce qui est confortable dans la main. Ce fer peut fonctionner de 12 V à 24 V CC et fournir 17 W à 65 W. Contrairement à ses concurrents, il peut être alimenté soit par la prise jack cylindrique, soit par la prise USB-C. J’ai testé cela avec une alimentation d’ordinateur portable USB-C PD générique et une alimentation d’ordinateur portable à prise cylindrique traditionnelle sans problème. À titre de test, j’ai également branché une alimentation USB-C Raspberry Pi 5 V, que le fer a reconnu comme sous tension et a refusé de fonctionner.

Comment ça marche?

La carte de dérivation Pinecil.
La carte de dérivation Pinecil.

Lors de la mise sous tension, l’écran affiche deux icônes correspondant aux deux boutons. L’un est un fer à souder qui, comme vous pouvez l’imaginer, allume le fer, tandis que l’autre est une clé qui vous amène au menu des paramètres. C’est ici que nous trouvons certaines des caractéristiques qui distinguent ce fer à repasser, car il est clair qu’une réflexion importante y a été apportée. Une belle touche est une option de sélection de la taille de la cellule lithium-ion permettant au fer de s’éteindre sans tirer un pack sous tension, ainsi qu’un menu avec une sélection de limite de puissance pour le fer. La caractéristique gagnante pour moi est que chaque option de menu a une chaîne d’aide expliquant ce qu’elle fait, qui défile si cette option est laissée pendant un moment.

Un appui court à côté de l’icône du fer à souder démarre le chauffage de la pointe et la température s’affiche à l’écran. J’ai chronométré son réchauffement de la température ambiante à 320 ° C à environ neuf secondes, ce qui n’est pas aussi rapide que certains fers haut de gamme, mais certainement pas en reste.

En utilisation, c’est comme on l’attend d’un fer de ce type, léger et facile à manœuvrer. Sans le jeu de pointes lourdes, je ne peux pas faire de commentaires sur ses performances dans des travaux plus importants, mais je m’attendrais à ce qu’avec 65 W en main, il résiste aussi bien que ses concurrents. Brancher le port USB-C sur un ordinateur révèle de manière inattendue qu’aucun périphérique n’a été trouvé, mais après un rapide coup d’œil sur le wiki Pine64, il est révélé qu’il doit être démarré avec un bouton enfoncé pour ouvrir son mode de mise à niveau du micrologiciel. Ce fer se double d’une carte de développement RISC-V avec son microcontrôleur GD32VF103TB, il y aura donc sans aucun doute beaucoup de firmwares tiers open-source produits pour lui. Le schéma et d’autres documents sont tous disponibles avec les fiches techniques de l’appareil, révélant qu’il dispose de capteurs d’accélération et de position pour détecter vraisemblablement lorsqu’il est utilisé avec ses autres pièces.

Temps pour un démontage

il est clair que la conception de ce fer a fait l'objet de beaucoup de réflexion.
Il est clair que la conception de ce fer a fait l’objet de beaucoup de réflexion.

Après avoir examiné le fer à l’extérieur et l’avoir mis à l’épreuve, il est temps de faire un démontage pour voir ce qui le motive. Le wiki Pine64 fournit des instructions de démontage et de remontage utiles, qui, bien qu’un peu compliquées par moments, sont assez simples. L’électronique repose sur un long circuit imprimé mince avec principalement des pièces passives et analogiques d’un côté, et le processeur caché sous l’écran de l’autre côté. C’est un appareil magnifiquement pensé qui est l’égal du meilleur de ses concurrents à cet égard.

Il est évident que les fers à battre dans cette catégorie sont les Miniware TS100 et TS80 respectivement pour l’alimentation CC et USB-C. Nous avons également vu que même le fer à souder le moins cher que nous ayons trouvé de ce type se rend bien compte de lui-même en tant que fer à souder, alors comment ce nouveau fer à souder se différencie-t-il lorsqu’il est «un fer à souder» avec les mêmes pointes que son concurrent est quelque chose d’un accord conclu?

Le boîtier du Pinecil est légèrement plus grand que le TS100 et pèse légèrement plus, mais il est substantiellement construit et n’est pas fragile comme l’était le fer bon marché SanErYiGo. Son temps de chauffe de neuf secondes est confortablement plus rapide que son concurrent. Le manchon en silicone pour les doigts est en effet très agréable au toucher et donne au fer une bonne sensation d’utilisation. Il est clair que l’on a réfléchi à la fabrication du boîtier plus qu’une simple poignée, avec ces saillies de support moulées qui permettent de le poser en toute sécurité sur le banc lorsqu’il est chaud.

Nous sommes habitués aux embouts de style TS100, et ils sont certainement assez faciles à changer. À l’autre extrémité, avoir à la fois une alimentation USB-C et une prise jack cylindrique rend ce fer plus utile que les fers Miniware, si cette flexibilité compte. Je suppose que je vais acquérir une nouvelle alimentation USB-PD et un ensemble de câbles adaptateurs pour diverses sources CC pour aller partout avec mon Pinecil. Côté logiciel, il offre de nombreuses options pour satisfaire même les utilisateurs les plus exigeants. J’aime particulièrement la protection de la batterie pour les cellules Li-Ion, ainsi que ces chaînes d’aide. Enfin, en tant que conception entièrement open-source, il fournit tout ce dont l’utilisateur le plus curieux a besoin pour le modifier à ses propres fins.

En résumé, je ne trouve honnêtement rien que je n’aime pas dans ce fer. Il bat la concurrence sur le prix et les fonctionnalités tout en les égalant en termes de convivialité, et il est entièrement piratable. Les fers Miniware sont de bons outils et restent un achat très judicieux, mais ils commencent maintenant à refléter leur âge. Ce fer représente l’état de l’art pour un fer à repasser à main à la fin de 2020; il reprend le même principe et le fait simplement mieux. J’utiliserai beaucoup mon Pinecil, et si vous cherchez un fer à souder je ne peux que vous conseiller de lui donner un coup d’oeil. Je ne suis évidemment pas seul dans ce cas, car il est épuisé au moment de la rédaction de cet article, mais si cette demande se maintient, je suis sûr qu’une autre course sera en cours. Gardez un œil sur vous et achetez-en un quand vous le pouvez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire !
Entrez votre nom ici