La migration climatique du Zimbabwe est un signe de ce qui va arriver

Trop peu, trop tard

Dans les régions brûlées du Zimbabwe, certains agriculteurs ont essayé de faire face et de rester sur place. Ils sont revenus à la plantation de céréales traditionnelles résistantes à la sécheresse comme l’éleusine, le mil et le sorgho. D’autres sont passés de l’irrigation de leurs cultures en inondant des champs entiers à l’utilisation de systèmes qui ne gouttent que la quantité d’eau nécessaire juste à côté de chaque plante.

Et certains, dont Blessing Zimunya, une agricultrice de Chitora, ont essayé de récupérer l’eau de pluie pour l’irrigation et d’autres usages. Zimunya utilise un conteneur de 5 000 litres pour collecter l’eau de son toit et un réservoir de 100 000 litres pour collecter les eaux de ruissellement au sol. Il complète ces systèmes avec de l’eau d’une rivière voisine.

Natalie Watson, directrice générale de Bopoma Villages, une organisation non gouvernementale qui gère un projet d’eau potable et d’hygiène, affirme que la collecte des eaux de pluie a un grand potentiel pour faire la différence. Elle cite un agriculteur zimbabwéen bien connu nommé Zephaniah Phiri Maseko, qui, avant sa mort, a transformé des terres arides en champs luxuriants en utilisant des méthodes que l’organisation de Watson enseigne maintenant.

Son programme se concentre actuellement sur le district de Zaka dans le sud du Zimbabwe, où des centaines d’agriculteurs participent. Certains dans la province voisine des Midlands ont également commencé à expérimenter la récupération des eaux de pluie.

Léa Tsiga, 90 ans
Vivant seule dans le district aride de Mudzi au Zimbabwe, Leah Tsiga, 90 ans, passe parfois des jours sans un repas solide.

AP PHOTO/TSVANGIRAYI MUKWAZHI

Le nombre total d’agriculteurs au Zimbabwe qui ont adopté cette pratique est cependant encore très faible. Sur les plus de 7 millions de petits agriculteurs à travers le pays, seuls quelques milliers dans les provinces les plus sèches l’ont essayé. Malgré les efforts d’organisations comme celle de Watson, la plupart des agriculteurs n’ont pas l’argent pour construire de grands réservoirs pour stocker l’eau. Beaucoup d’autres ne savent toujours pas ce qu’est la collecte des eaux de pluie, ni comment commencer.

D’autres programmes à but non lucratif sont en cours pour aider les agriculteurs à s’adapter en apprenant de nouvelles pratiques pour préserver l’humidité du sol et en trouvant des moyens de diversifier leurs revenus au-delà de l’agriculture. Et l’année dernière, le gouvernement du Zimbabwe a annoncé un plan visant à créer 760 000 nouveaux emplois « verts » en quatre ans dans des domaines comme l’énergie solaire, l’hydroélectricité, l’efficacité énergétique et l’agriculture durable. Mais ces efforts n’en sont qu’à leurs balbutiements.

Don Sanyanga de Haarlem Mutare City Link—un accord entre la ville de Haarlem aux Pays-Bas et Mutare du Zimbabwe qui a commandé un rapport 2019 sur la migration climatique dans les hautes terres de l’Est (et a payé pour que je me rende à Haarlem pour parler la même année ) – affirme que les mesures d’adaptation ont largement échoué et que la seule option pratique qui reste pour de nombreux agriculteurs est de migrer.