Les danseurs aident maintenant à alimenter la discothèque de Glasgow

Jusqu’à présent, l’humanité a satisfait la plupart de ses besoins en électricité en brûlant des matériaux, principalement des matériaux très anciens qui brûlent très bien mais sont difficiles à remplacer. Ces choses deviennent de plus en plus chères, et la pollution est aussi un problème, donc les sources d’énergie renouvelables deviennent de plus en plus populaires.

Alors que l’énergie éolienne ou solaire est couramment utilisée au niveau du réseau, une boîte de nuit de Glasgow a adopté une approche différente. Il capte l’énergie de ses clients pour aider à garder les lumières allumées.

Pompez la chaleur

L’énergie thermique des danseurs sera captée et stockée par le système Bodyheat installé au SWG3. Crédit : page d’actualités SWG3

L’installation en question porte le nom de SWG3 et accueille une variété de soirées club et d’autres événements artistiques. Il comprend plusieurs espaces d’une capacité supérieure à 1000 personnes, ayant été construits dans ce qui était autrefois une ancienne installation de galvanisation et un complexe d’entrepôts. Lorsque la musique coule à flot, les parieurs qui découpent des formes sur la piste de danse génèrent souvent beaucoup de chaleur, et cela a conduit à une idée.

Le concept de base est né lorsque David Townsend, le fondateur de TownRock Energy, a rencontré Andrew Fleming-Brown, le directeur général de SWG3. Fleming-Brown était à la recherche de systèmes énergétiques durables pour aider à alimenter le club, et Townsend était dans le secteur géothermique.

Le résultat de cette collaboration a été un système d’énergie renouvelable construit pour tirer parti de l’énergie libérée dans la danse. Connu sous le nom de Bodyheat, il capte l’énergie émise par les danseurs du club. Les pompes à chaleur prélèvent l’énergie libérée dans la pièce par les clients, stockant cette chaleur dans un cube de roche sous la discothèque, via des forages creusés à 200 mètres de profondeur dans le sol.

C’est à peu près la même chose que de faire fonctionner un climatiseur à cycle de réfrigération ordinaire dans le club, mais la chaleur des danseurs est pompée dans le stockage géothermique au lieu d’être simplement évacuée dans l’atmosphère plus large. L’avantage de stocker cette énergie est qu’elle peut ensuite être utilisée pour chauffer de l’eau chaude pour servir le club, ou pour réchauffer d’autres pièces qui peuvent ne pas avoir autant de corps giratoires pour maintenir la température. Le système capture essentiellement la chaleur perdue, puis la transfère plus tard vers un endroit où elle peut être plus utile.

L’événement de lancement de Bodyheat a vu une foule immense rebondir sur les airs, dégageant beaucoup de chaleur dans le processus. Crédit : Michael Hunter, page d’actualités de TownRock Energy

Quant aux chiffres, avec une foule pleine, il devrait y avoir beaucoup d’énergie à récolter. On estime que l’adulte moyen produit environ 100 watts au repos, ou plus près de 250 watts lors d’une activité physique modérée comme la danse sur une musique lente et terne. Mais faire pomper la foule avec des bangers de premier ordre au rythme effréné? Vous pouviez voir jusqu’à 500 ou 600 watts émis par chaque personne sur le sol. Avec un millier de personnes présentes et un solide DJ set ou trois ? Il serait possible de capter au minimum des dizaines de kilowattheures d’énergie calorifique. Assurez-vous simplement qu’ils laissent tomber Sandstorm pour vraiment chauffer les rochers à la fin de la nuit.

L’énergie renouvelable est utilisée pour faire fonctionner les pompes à chaleur, ce qui maintient l’ensemble du système à zéro en termes d’émissions de carbone. L’espoir est qu’à terme, le système permettra au club de cesser complètement d’utiliser le gaz municipal. Cela permettrait d’économiser de l’ordre de 70 tonnes de CO2 par an.

Le système a mis trois ans à se mettre en place, pour un coût de plus de £600 000 (672 000 $). C’est environ dix fois plus cher que l’installation d’une climatisation conventionnelle, selon Fleming-Brown. Cependant, on pense que les économies d’énergie devraient permettre au système de s’amortir dans environ cinq ans. Compte tenu des coûts énormes de l’énergie en ce moment, il y a plus de chances que jamais que cette prédiction se réalise.

Il existe déjà un intérêt à mettre en œuvre la technologie dans d’autres clubs européens de haute technologie. Townsend rapporte que la discothèque SchwuZ à Berlin tient particulièrement à mettre en place un système similaire.

Ce n’est pas le premier projet à explorer la capture de l’énergie des danseurs dans un club. Les efforts antérieurs ont consisté à utiliser des éléments piézoélectriques pour capter l’énergie mécanique et la transformer en électricité. Cependant, le concept Bodyheat a l’avantage de profiter directement au club en éliminant directement la chaleur, remplaçant le besoin existant d’un système de climatisation régulier. Il ne nécessite pas non plus l’installation d’une piste de danse mécaniquement complexe et potentiellement lourde d’entretien.

Le concept ne doit pas être limité aux boîtes de nuit et pourrait être utilisé dans d’autres espaces où un grand nombre de personnes se rassemblent. La technologie des pompes à chaleur est éprouvée et bien comprise, et nous pourrions donc voir davantage de solutions de stockage géothermique comme celles-ci proliférer dans les zones où la chaleur stockée a de la valeur. Pour l’instant, SWG3 servira de test utile pour déterminer si un tel système peut fonctionner dans le monde réel et être économiquement viable.

Photo de bannière : « espace profond – cielo nyc » par 416style. Vignette : « Clubbing 2 » de James Jin