Le 31 juillet 1697, Jacques Sennacques envoie une lettre à son cousin – un Pierre Le Pers, un marchand français vivant à La Haye – le suppliant, pour l’amour de Pete (c’est paraphrasé), de lui envoyer un certificat de décès pour son parent, Daniel Le Pers . Dans une version du 17ème siècle du redouté «selon mon précédent e-mail», Sennacques écrivait: «Je vous écris une seconde fois pour vous rappeler les douleurs que j’ai prises en votre nom. En gros, tu me dois une faveur, et je viens chercher.

Sennacques posa sa plume et plia finement la lettre, la transformant en sa propre enveloppe. Aujourd’hui, les historiens appellent cette technique le «letterlocking». À l’époque de Sennacques, les gens avaient inventé une galaxie de différentes façons de plier leurs lettres – certaines si caractéristiques, en fait, qu’elles agissaient comme une sorte de signature pour l’expéditeur. Ils ne faisaient pas cela parce qu’ils voulaient économiser de l’argent sur les enveloppes, mais parce qu’ils voulaient la confidentialité. En pliant le papier et en repliant les coins, ils pouvaient le disposer de telle manière que pour ouvrir la correspondance, le lecteur devait la déchirer à certains endroits. Si le destinataire prévu ouvrait la lettre et la trouvait déjà déchirée, il saurait qu’un fouineur s’était introduit à l’intérieur. Des morceaux de papier entiers peuvent se déchirer, donc s’ils ouvraient la lettre et ne sentaient ou n’entendaient aucune déchirure, mais qu’un morceau en tombait encore, ils sauraient qu’ils n’étaient pas la première personne à lire son contenu.

C’était la version de la période moderne de l’un de ces sceaux qui annule la garantie d’un appareil si vous le cassez. Contrairement aux messages autodestructeurs de Mission impossible, vous pouviez toujours lire une lettre déchirée, et si vous étiez familier avec la technique de la personne qui vous l’a envoyée, vous pourriez même connaître des astuces pour éviter de la déchirer en premier lieu. Pourtant, la serrure à lettres posait des pièges qui exposaient les espions.

Malheureusement pour toutes les parties impliquées, la seconde lettre de Sennacques ne parvint jamais à son cousin marchand. Au lieu de cela, il s’est retrouvé dans une malle, connue sous le nom de Collection Brienne, qui contient 2600 lettres envoyées entre 1689 et 1706 de toute l’Europe à La Haye. La lettre de Sennacques est l’une des centaines qui restent non ouvertes, repliées sur elle-même.

Comment, alors, savons-nous que l’homme perdait patience avec son cousin? Ecrire aujourd’hui dans le journal Communications de la nature, Les chercheurs décrivent comment ils ont utilisé une technique d’imagerie 3D avancée, conçue à l’origine pour cartographier le contenu minéral des dents, pour numériser quatre vieilles lettres de la collection Brienne afin de les déplier virtuellement, sans déchirer. «Les lettres dans sa malle sont si poignantes qu’elles racontent des histoires si importantes sur la famille et la perte, l’amour et la religion», déclare l’historien littéraire du King’s College de Londres, Daniel Starza Smith, co-auteur du journal. «Mais aussi, ce que fait le verrouillage des lettres, c’est nous donner un langage pour parler de sortes de technologies de sécurité et de secret de communication humaine, de discrétion et de confidentialité.»

L’une des lettres se déplie virtuellement

Photographie: Unlocking History Research Group

LAISSER UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire !
Entrez votre nom ici