L’histoire médiévale de votre tableau de développement préféré

C’est devenu une sorte de trope dans notre communauté, que le moyen le plus simple de conférer un niveau d’automatisation ou d’intelligence à un projet est d’atteindre un Arduino. La genèse de l’écosystème populaire des cartes et de la combinaison de chargeur de démarrage et d’IDE associée est bien connue, provenant du travail d’une équipe de l’Interaction Design Institute d’Ivrea, dans le nord de l’Italie. Le nom « Arduino » vient de leur point d’eau préféré, le Bar di Re Arduino, nommé à son tour en l’honneur d’Arduin d’Ivrea, un roi du début du Moyen Âge.

Autant que l’on puisse voir le bar n’existe plus et a été remplacé par un café, qui apparaît à gauche dans ce lien Google Street View. La barre nommée pour Arduin d’Ivrea est toujours mentionnée comme une note secondaire dans l’histoire du microcontrôleur Arduino, mais pour les passionnés d’électronique curieux, cela soulève la question : qui était Arduin, et pourquoi y avait-il une barre qui porte son nom en premier lieu ?

La réponse courte est qu’Arduin était le margrave d’Ivrée, un noble italien qui est devenu roi d’Italie en 1002 et a abdiqué en 1014. La réponse plus longue nécessite un peu de connaissances de base sur la politique européenne vers la fin du premier millénaire, donc si vous êtes prêts, nous emmènerons Hackaday dans une visite rare de l’histoire médiévale.

Défier un empire

Une carte du Saint Empire romain germanique au tournant du deuxième millénaire.
Le Saint Empire romain germanique au tournant du IIe millénaire. Travail dérivé de Sémhur : OwenBlacker, CC BY-SA 3.0

La puissance dominante de l’Europe occidentale au tournant du premier millénaire était le Saint Empire romain, une agglomération d’États sous domination allemande qui, bien que n’étant pas un successeur direct de l’Empire romain, avait reçu la reconnaissance de la papauté en tant que telle suite à l’accession d’une femme souveraine. comme impératrice de l’ancien empire romain d’Orient à Byzance. Son jeune empereur Otton III mourut subitement en 1002 sans héritier, et dans le vide du pouvoir qui suivit, la noblesse italienne chercha à rétablir son contrôle et à rompre avec l’influence allemande. Ainsi, ils ont élu l’un des leurs pour devenir roi d’Italie, choisissant Arduin pour le trône.

La politique tumultueuse de l’Italie des Xe et XIe siècles semble tourner autour des luttes entre les forces contrôlées par les évêques, en grande partie alignées ou nommées par l’empereur romain germanique, et celles de la noblesse qui semblent avoir été alternativement du côté de – ou lutter contre — l’Empereur. Arduin avait été excommunié deux fois, une fois à Rome avant Otton lui-même et sa nomination papale Sylvestre II, après avoir brûlé la cathédrale de Vercelli et tué son évêque.

L’empire contre-attaque

Une représentation ultérieure d'Arduin
Il ne semble pas y avoir de représentations contemporaines d’Arduin, cette représentation stylisée date d’un siècle plus tard. Marilynmerlo, CC BY-SA 3.0.

Lorsque l’empereur Henri II nouvellement couronné a immédiatement envoyé une force pour déposer Arduin, elle a été repoussée, ce qui a conduit Henri lui-même à diriger une armée plus importante et à le vaincre en 1004. Ceci et le couronnement ultérieur d’Henri en tant que roi d’Italie dans la ville de Pavie auraient pu être la fin de l’histoire, mais comme le roi nouvellement couronné et sa suite ont été chassés de la ville par des émeutes, il est évident qu’il l’a fait sans le soutien de sa population. Ainsi, alors qu’Arduin avait perdu le contrôle d’une partie de son royaume revendiqué, il continua à détenir le pouvoir depuis sa base d’Ivrée et passa la décennie suivante à s’affirmer comme roi d’Italie malgré le fait qu’Henry détenait également la couronne. Il fut finalement vaincu et contraint d’abdiquer en 1013, et mourut l’année suivante.

S’il y a quelque chose à retenir de cette histoire de politique européenne d’un millénaire passé, c’est la surprise du peu qu’il nous laisse. Pour d’autres personnages médiévaux, il pourrait y avoir une statue ou peut-être une fresque dans une église, mais pour Arduin, au-delà du portrait stylisé évidemment dessiné des siècles plus tard, nous n’avons aucune représentation de lui. Si la ville dont il était autrefois le souverain ne l’avait pas commémoré dans un nom de rue qui a à son tour incité le propriétaire d’un bar à utiliser son nom, il est possible que personne d’autre que quelques historiens n’ait jamais entendu parler de lui. Voici peut-être une leçon pour mesurer l’héritage de nos politiciens ici au 21e siècle.

Nous avons donc l’amour de certains diplômés italiens pour leur abreuvoir préféré à remercier pour notre familiarité avec le nom d’un obscur roi médiéval, et maintenant nous en savons un peu plus sur lui et sa vie. Peut-être devrions-nous tous nous inspirer de notre pub local pour nommer nos projets, même si dans mon cas, je ne suis pas sûr que La truie et les cochons serait aussi édifiante qu’une appellation.

Image d’en-tête : SimonWaldherr, CC BY-SA 4.0.