Toutes les bonnes choses ont une fin, même notre dose hebdomadaire de meurtres en série. Nous pensons bien évidemment à notre chère série Dexter. Pour ceux qui se souviennent encore des années 2012 à 2016, Dexter a été diffusé sur toutes les télévisions du monde, faisant ainsi un carton monumental et bouleversant les codes des séries policières. Aujourd’hui, on vous propose de plonger dans la nostalgie en vous donnant 10 raisons de regretter la fin de Dexter.

Un meurtrier qui n’a pas encore été attrapé par Dexter !

Tout le monde peut s’identifier aux personnages

Au début de la première saison, Dexter (Michael C. Hall) ne se croyait pas capable d’avoir une relation amoureuse. Maintenant, il en a eu beaucoup, dont son épouse Rita. On pourrait même dire que Rita n’était pas sa plus grande réussite relationnelle parce qu’elle ne savait pas qu’il était un tueur en série. Depuis, il a eu des relations avec Lumen et Hannah, qui connaissaient toutes deux sa passion pour la mort. La série a vraiment prouvé que, qui que vous soyez, il y aura toujours quelqu’un pour vous aimer.

Dexter a une âme

Dexter nous rappelle que ce n’est pas parce que nous faisons de mauvaises choses que nous sommes de mauvaises personnes. Cela est particulièrement évident avec Deb (Jennifer Carpenter), qui a tué LaGuerta la dernière saison. Elle se débat moralement avec cette décision et reproche à Dexter de l’avoir forcée à remettre en question tout ce en quoi elle croit. Pourtant, c’est parce qu’elle lutte moralement avec ces choses qu’elle a un cœur. Elle est humaine et veut faire ce qui est juste.

Les méchants perdent toujours

Dexter est le super-héros tueur en série. C’est un méchant qui attrape les méchants et fait ce que personne d’autre ne peut faire : les tuer. (Les superhéros tuent des méchants tout le temps !) Avec son code à ses côtés, le fait qu’il tue ne semble soudainement plus si immoral, et nous l’encourageons à attraper le méchant, ce qu’il fait toujours à la fin (même si cela peut entraîner des problèmes en cours de route).

Les personnages sont réels

Chaque personnage de la série représente une personnalité très commune, comme quelqu’un que vous pourriez connaître, ce qui rend la série encore plus effrayante (quand il s’agit d’un tueur en série) ou réconfortante (quand il s’agit de quelqu’un comme Batista). Certes, Dexter est une métaphore extrême de l’humanité, mais il a des défauts comme n’importe quelle autre personne. Personne n’est parfait, et le spectacle tire parti de cela en nous faisant sympathiser parce que nous pouvons nous identifier avec lui sur de nombreux aspects.

Cela permet de relativiser

Il y a un sentiment de soulagement après avoir regardé l’émission d’une manière du genre « wow, au moins je ne suis pas un tueur en série, ma vie est pas si mal ». Les choses peuvent être difficiles dans la vie, mais nous trouvons toujours une issue. Au moins, nos erreurs ne nous enverraient pas dans le couloir de la mort si nous étions pris.

Le langage de Déb

Nous allons juste vous donner quelques exemples.

« Tu vas avoir un bébé ? Une putain de machine à chier et vomir ? Tu te moques de moi ? » Et elle continue encore et encore. Qui invente ce genre de choses ? Et s’il vous plaît, laissez-les en écrire d’autres. C’est aussi inconfortable que génial.

Les discussions philosophiques de Dexter

Grâce à son ambiguïté morale, Dexter travaille en fait sur des questions de vie assez importantes.

« Chaque année, nous avons découvert un aspect du comportement humain et nous avons étudié la façon dont Dexter l’explorait », a déclaré Sara Colleton, l’une des créatrices de la série, au NY Daily News. « Sans vouloir paraître hautaine, les conversations passionnées et philosophiques que nous avons eues sur la nature humaine me manqueront. »

Des nuances de gris

L’affinité de Dexter pour le meurtre est-elle mauvaise tant qu’il respecte le code ? Bien sûr, notre instinct nous dit que oui, mais parfois la réponse n’est pas si simple. La série nous amène à remettre en question nos propres codes et peut-être même à les redéfinir un peu.

Elle repousse les limites

CBS voulait diffuser des rediffusions de l’émission en 2008 sans le sexe ni le gore, mais l’idée a immédiatement suscité des critiques de la part du Conseil de télévision des parents. Selon le New York Daily News, le leader du groupe, Tim Winter, a déclaré que l’émission « oblige les téléspectateurs à sympathiser avec un tueur en série, à l’encourager à gagner, à espérer qu’il ne sera pas découvert ».

Dexter a même été lié à quelques meurtres réels. Il y aura toujours des fous qui iront jusqu’à l’extrême. Le fait que la série soit prête à aller plus loin est l’une des raisons pour lesquelles nous l’apprécions.

Le destin de Dexter est scellé

Nous ne pouvons pas nous empêcher de soutenir Dexter, mais la fin de la série signifie que Dexter ne pourra plus échapper à la culpabilité, qu’elle soit légale ou morale. La fin, bien que quelque peu décriée par la critique et les fans, dépeint un tableau gris et subtile pour Dexter : une semi captivité imposée par sa propre morale, probablement la plus grande prison existante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire !
Entrez votre nom ici