En 2021, toute notre électronique est à semi-conducteurs, en ce sens qu’elle utilise exclusivement des dispositifs à semi-conducteurs comme composants actifs. Certains d’entre nous peuvent expérimenter avec des tubes à vide, mais uniquement à des fins de curiosité ou d’esthétique. Les semi-conducteurs ont dépassé les dispositifs à vide dans toutes les applications de niche, sauf les plus rares, en raison de leurs exigences de conception plus simples, d’une plus grande fiabilité, d’un coût inférieur et de performances accrues.

Il n’en a pas toujours été ainsi, et il y a eu une période au début de l’ère des semi-conducteurs où les transistors et les tubes à vide coexistaient côte à côte et rivalisaient directement. Les fabricants de tubes à vide ont continué à créer de nouveaux appareils jusque dans les années 1970 et, ce faisant, ils ont repoussé les limites de leur art dans des directions sans précédent. [David W Knight] a une page dédiée au Nuvistor, ce qu’il appelle « l’évolution finale de la valve thermoionique ». Sa photo de comparaison vue ci-dessus montre un Nuvistor sur la gauche – un tube à vide miniature que vous n’avez probablement jamais vu auparavant.

La couverture d'une fiche technique RCA pour les tubes Nuvistor.
La couverture d’une fiche technique RCA pour les tubes Nuvistor.

Vers la fin des années 1950, il y a eu une évolution inexorable des applications de radiofréquences vers des fréquences toujours plus élevées qui ont fait défaut à certains tubes à vide traditionnels. Les radars militaires, les radios mobiles et les radios de diffusion commençaient à exploiter les gammes de fréquences VHF et UHF, et alors que les transistors à haute fréquence disponibles étaient bruyants et avaient un gain faible, leurs homologues à vide souffraient d’inductance et de capacité parasites dans leur construction. Les tubes miniatures et d’autres conceptions telles que les tubes « gland » avec des conducteurs sortant de leurs côtés semblaient résoudre ces problèmes, mais pour RCA, ils n’étaient pas suffisants. Leur gamme de tubes Nuvistor nommée pour évoquer le transistor et sortie en 1959 ne ressemblait à aucun autre appareil à vide, étant miniaturisée à une taille similaire aux transistors de l’époque et ayant des coques métalliques avec des bases en céramique plutôt que les enveloppes en verre plus courantes.

À l’intérieur, ils avaient une conception coaxiale d’électrodes tubulaires empilées les unes au-dessus des autres, et avec une nouvelle douille dont les connexions sortaient directement de la base plutôt que d’être pliées à un angle pour rencontrer les broches comme dans les tubes précédents. Leur fabrication était également inhabituelle, au lieu d’être assemblés avant évacuation et scellement, ils étaient assemblés mécaniquement et scellés dans une chambre à vide. Il est assez évident à la lecture des différentes documentations de la période de données que leur marché visé était militaire plutôt que civil (d’excellentes performances lorsqu’elles sont exposées aux radiations et aux chocs nucléaires ne sont guère une exigence pour un récepteur de diffusion FM !), Ce qui peut expliquer leur relative rareté dans un usage civil.

À l'intérieur d'un tube Nuvistor.
À l’intérieur d’un tube Nuvistor.

J’ai rencontré directement un Nuvistor pour la première fois lorsque, étudiant vers 1991, poursuivant le Saint Graal d’une chaîne hi-fi entièrement creuse, j’ai acheté un tuner FM Sansui TU-70 de 1965 pour la somme princière de 15 £ (près de 50 $ en 2021 ). Il utilise des tubes partout y compris dans son décodeur stéréo, mais c’est le tuner FM qui a attiré mon intérêt avec sa paire de triodes 6CW4 Nuvistor comme amplificateurs RF. Leurs minuscules boîtes métalliques sont un peu plus grandes que les transistors VHF OC170 ou similaires au germanium que je m’attendais à voir dans un tuner de cette époque, mais montés sur un châssis dans leurs prises spéciales plutôt que sur un PCB comme le feraient les transistors. Je suis assez vieux pour avoir expérimenté les transistors RF au germanium et il est juste de dire qu’ils sont à la fois sourds et bruyants, donc je peux voir que les Nuvistors avaient du sens dans ce qui aurait été une unité haut de gamme quand il a été fabriqué. Mais les dépenses supplémentaires considérables de tout leur matériel par rapport à un PCB relativement bon marché pour le transistor ont dû en faire un choix de plus en plus inhabituel au cours de la décennie. Ils apparaissent toujours dans les manuels de tubes grand public RCA des années 1970, mais dans les années 1980, ils ont disparu.

Le Nuvistor donc. Un appareil fascinant de la fin de l’ère des tubes à vide, ils étaient parmi les plus petits appareils à vide à haute fréquence jamais créés, mais malheureusement leur arrivée est arrivée trop tard pour être plus qu’une note de bas de page dans l’histoire de l’électronique. Si vous en trouvez un, ne le lâchez pas, vous n’en verrez peut-être pas un autre.

[Main image source: Nuvistor compared to EC900, ECC83, and 6SN7, via g3ynh.info]