Transformer de vieux masques en filament d’imprimante 3D

Les masques jetables ont été une nécessité pendant la pandémie de COVID-19, mais pour tout le bien qu’ils ont fait, leur élimination représente un défi écologique monumental qui a été largement ignoré au profit de préoccupations plus immédiates. Que sommes-nous censés faire exactement avec les centaines de milliards de masques qui sont utilisés une ou deux fois puis jetés ?

Si la recherche menée au Design and Manufacturing Futures Lab de l’Université de Bristol est une indication, au moins certains de ces masques pourraient avoir une seconde chance de vivre en tant qu’objet imprimé en 3D. Notant que le masque jetable bleu omniprésent est composé en grande partie de polypropylène et non de papier comme la plupart d’entre nous le supposeraient, l’équipe a décidé de déterminer si elle pouvait traiter les masques de telle sorte qu’ils se retrouveraient avec un filament qui pourrait être passer par une imprimante 3D standard. Bien qu’il reste encore quelques réglages à faire, les résultats jusqu’à présent sont exceptionnellement impressionnants ; d’autant plus qu’il semble que la technique soit bien à la portée de l’amateur.

Des masques au filament utilisable.

La première étape du processus, au-delà du retrait des sangles d’oreilles élastiques et de toute bande métallique qui pourrait se trouver dans le nez, consiste à chauffer une pile de masques entre deux morceaux de papier antiadhésif avec un fer classique. Cela fait fondre les masques et se transforme en une masse solide avec laquelle il est beaucoup plus facile de travailler. Ces masques congelés ont ensuite été passés dans un mélangeur de qualité grand public pour produire les fins granulés de polypropylène adaptés à l’extrusion.

Monté verticalement, le Filastruder open source prend une trémie pleine de polypropylène et l’extrude en un filament de 1,75 mm. Ou du moins, c’est l’idée. L’équipe note que le premier essai de filament n’avait qu’un diamètre moyen de 1,5 mm, ils modifient donc la buse et développent un mécanisme d’alimentation plus puissant pour se rapprocher du diamètre cible. Même encore, en augmentant le multiplicateur d’extrusion dans le logiciel de tranchage, l’équipe a réussi à imprimer des objets à l’aide du fin filament de polypropylène.

Ce recyclage n’est possible que pendant une pandémie, et nous sommes très heureux de voir ce concept se développer davantage. L’équipe note que la température d’extrusion de 260 °C (500 °F) est bien en deçà de ce qui est nécessaire pour tuer le virus COVID-19, bien que si vous envisagez d’essayer cela avec des masques usagés, nous imaginons qu’ils devraient être lavés indépendamment. Si la communauté des hackers et des fabricants a pu utiliser ses imprimantes 3D pour produire des équipements de protection individuelle (EPI) au début de la pandémie, il semble tout à fait normal que certains d’entre eux puissent désormais être broyés et imprimés en quelque chose de nouveau.