Yoko Taro prévoit la fin des jeux vidéo tels que nous les connaissons

« Les jeux vidéo sont uniques en ce sens que, tant qu’ils sont informatisés et qu’ils incluent une sorte d’interactivité, leur forme physique n’a pas vraiment d’importance. En fait, le moment [media] intègre une sorte de commandes à levier ou un ensemble de choix parmi lesquels sélectionner, il peut alors être considéré comme un « jeu vidéo ».

« D’un autre côté », précise Taro, « si nous acceptons l’idée d' »être assisté par ordinateur et incluant une sorte d’interactivité », alors retirer de l’argent du guichet automatique ou acheter une canette de soda dans un distributeur automatique peut être classé comme le même comportement. Cependant, nous n’appelons pas ces « jeux ». Alors, que diriez-vous d’actions telles que la compétition pour plus de « j’aime » sur vos plateformes sociales ? Qu’en est-il de l’investissement boursier en ligne ? Si vous commencez à réfléchir plus profondément, je suis sûr que vous comprendrez à quel point les « jeux vidéo » sont ambigus et indéfinis. »

Cette ambiguïté peut parfois être un astérisque. Et dans le cas du nouveau projet de Taro, Voice of Cards : The Isle Dragon Roars, cela peut être une invitation à essayer quelque chose de nouveau. La collaboration avec Yosuke Saito (Nier : Automates), Keiichi Okabe (Nier, Drakengard 3) et Kimihiko Fujisaka (Drakengard, Emblème de feu : héros) puise dans le même genre basé sur des cartes que celui généré Héros de la boucle, Tuer la flèche, et Cryptage, mais le jeu, sorti le 28 octobre, est entièrement dépeint à travers les cartes. Il y a des épées, un peu de sorcellerie et un protagoniste nommé Ash qui s’apprête à faire taire un dragon récemment réveillé avec l’aide d’une sorcière noire qui déteste les écailles et d’un copain monstre avec des problèmes d’attachement sous-jacents. C’est trop Nier, et dans le Nier-le moyen le plus possible, Voix des cartes utilise des dés, des plateaux de bataille et un maître de jeu (exprimé en anglais par Todd Haberkorn) pour illustrer des thèmes familiers que les joueurs ont appris à aimer.

« Je pense que les gens ont souvent tendance à mal m’interpréter, car mes intérêts ne résident pas dans la philosophie, mais plutôt dans les êtres humains », explique Taro. « C’est très amusant de dépeindre les complexités et les merveilles des êtres humains, et je ne pense donc pas que je m’y intéresserais un jour. Par exemple, le sexe est un acte très important en tant qu’« expression d’amour » ou « pour préserver l’espèce », mais au moment même où il est transformé en une sorte de film, il peut être interdit de le regarder. Je ressens la douleur intense de la profondeur du fonctionnement interne de l’humanité. »

Yoko Taro sur scène à l’E3 en 2015.

Photographie : Christian Petersen/Getty Images

L’engouement de Taro pour la psyché humaine est sans doute ce qui rend ses œuvres publiées si fascinantes à l’infini. Publié avec des valeurs aberrantes narratives comme Proie et Hellblade : le sacrifice de Senua en 2017, Nier : Automates persiste comme un drame hack ‘n’ slash de 40 heures éminemment rejouable qui explore en profondeur l’existentialisme, la futilité de la guerre et la déification des êtres humains. Il convainc les joueurs de saisir pour mieux comprendre les crises existentielles auxquelles ses personnages sont confrontés, et utilise même sa valeur de relecture pour recontextualiser les antagonistes et leurs motivations.

Nier Réplicant (parfois appelé simplement Nier)—un spin-off de Taro en 2010 Drakengard série – est plus alambiquée, mais ses thèmes persistent malgré tout. Le voyage du protagoniste pour sauver sa sœur d’une maladie mortelle connue sous le nom de Black Scrawl est ancré dans les thèmes de la possession et de la réincarnation. Ses complexités ont suscité des débats sur Internet parmi les fans pendant des années, et ses thèmes sont des sujets dans les cours de philosophie. Avec l’aide d’une version mise à jour, 2021 Nier Replicant ver.1.22474487139… (en vente via Steam), c’est désormais un examen d’identité accessible et une itération à revoir, même pour les fans de l’original.