Bye Bye Linux sur le 486. Tu vas nous manquer ?

Une note de bas de page dans les nouvelles technologiques de la semaine est venue de Linus Torvalds, alors qu’il a lancé l’idée d’abandonner la prise en charge de l’architecture Intel 80486 dans un message de la liste de diffusion du noyau Linux. Qu’une architecture ancienne et peu utilisée puisse être abandonnée ne devrait pas surprendre, cela fait une décennie que le même sort a été réservé à la première plate-forme Linux, la 80386. La ligne 486 est peut-être morte depuis longtemps sur le bureau, mais comme ils ne sont pas entièrement sortis de l’espace embarqué et restent un favori parmi la foule des rétro-ordinateurs, il vaut la peine de prendre une minute pour examiner les conséquences éventuelles de ce mouvement.

Est-ce qu’un 486 est encore une chose?

Schéma fonctionnel du SoC ZFx86
Un PC 486 entier dans une puce qui n’utilise que 1W, ça aurait été incroyable en 1994 !

L’Intel 80486 est sorti en 1989 et était considérablement une version améliorée de leur précédente gamme 80386 de microprocesseurs 32 bits avec un cache sur puce, un pipelining plus efficace et un coprocesseur mathématique intégré. Il avait un espace d’adressage de 32 bits, bien qu’en pratique les contraintes de RAM et de carte mère des années 1990 signifiaient qu’un système 486 typique aurait de la RAM en mégaoctets. Il y avait une gamme de versions dans des vitesses d’horloge de 16 MHz à 100 MHz au cours de sa durée de vie, et une gamme « SX » bas de gamme avec le coprocesseur désactivé. Il aurait été l’objet d’un désir en tant que processeur sur lequel exécuter Windows 3.1 et il est resté une plate-forme compétente pour Windows 95, mais à la fin des années 90, ses jours sur le bureau étaient terminés. Intel a continué la ligne en tant que gamme de processeurs embarqués dans les années 2000, pour finalement débrancher la prise en 2007. L’histoire du 486 n’était cependant pas terminée, car une série de concurrents avaient produit leur propre version du 486 tout au long de sa durée de vie active. Les puces non-Intel 486 ont survécu aux originaux, et même aujourd’hui en 2022, il y a plus d’une entreprise qui fabrique des appareils compatibles 486. RDC produit une gamme de SoC RISC qui exécutent le code 486, et selon le site Web de ZF Micro Solutions, ils se vantent toujours d’un SoC qui est un descendant de la gamme Cyrix 486. Il y a une certaine confusion en ligne quant à savoir si la ligne Vortex86 de DM&P sont également des dérivés 486, mais nous comprenons qu’ils sont des descendants du clone Pentium de Rise Technology.

Juste où un 486 peut-il s’accrocher ?

Un tableau de 486 puces de différents fabricants.
Les 486 et les puces compatibles ont été produites par divers fabricants. Winhistory, utilisation gratuite sous copyright.

Il est probable que peu d’ingénieurs choisiraient ces pièces pour une nouvelle conception embarquée x86 en 2022, notamment parce qu’il existe sur le marché une bien plus grande sélection d’appareils avec des cœurs de classe Pentium ou plus récents. Nous les avons rencontrés sur des modules dans des applications industrielles, et nous supposons qu’ils sont toujours en production car quelque part il existe des gammes de produits de machines durables qui les utilisent encore. Nous sommes assez amoureux de la partie RDC en tant que PC 486 complet sur une puce avec seulement 1 W de consommation d’énergie, car nos moi des années 90 auraient bavé à l’idée d’un PC 486 portable avec une longue durée de vie de la batterie, mais ici en 2022 devrions-nous besoin d’une solution rapide de jeu portable 486, il existe de nombreuses cartes ARM qui exécuteront un émulateur logiciel assez rapidement pour ne montrer aucune différence. Ainsi, la communauté relativement petite de 486 utilisateurs manquera-t-elle le support de leur plate-forme dans les prochains noyaux Linux ? Pour répondre à cette question, il vaut la peine de réfléchir au type de logiciel que ces machines sont susceptibles d’exécuter.

S’il y a une chose que les opérateurs de machines industrielles apprécient, c’est la cohérence. Pour eux, la machine est un appareil plutôt qu’un ordinateur, elle devoir faire son travail en continu et sans faute. Pour ce faire, il a besoin d’une base logicielle solide et stable plutôt que d’une base qui change à la minute, alors un contrôleur industriel obsolète aura-t-il besoin d’accéder à la dernière et la meilleure distribution Linux ? Nous pensons que non, en fait, nous soupçonnons qu’il est probablement beaucoup plus probable qu’un contrôleur industriel basé sur x86 obsolète utilise une version DOS. Pendant ce temps, la foule du rétro-informatique est également plus susceptible d’utiliser une version DOS ou Windows, il est donc difficile d’imaginer que beaucoup d’entre eux intègrent le dernier et le meilleur dans un 486DX avec 16 mégaoctets de mémoire.

Memory Lane n’est pas si rose quand vous vous souvenez du peu de RAM que vous aviez

Le tout premier Linux que j’ai essayé était une version Slackware sur un 486DX-33 en 1994. À l’époque, cela aurait été un choix extrêmement aventureux pour un système d’exploitation de tous les jours, et même si c’était génial comme expérience, j’ai continué à utiliser AmigaOS, DOS et Windows pour mes pilotes de tous les jours. Ce serait environ une décennie plus tard avec un nouvel ordinateur portable Core Duo brillant que je passerais au double démarrage permanent et que je finirais par m’éloigner complètement de Windows plutôt que d’utiliser uniquement Linux sur des serveurs, et depuis lors, plusieurs générations de PC ont poursuivi la tendance. Si vous utilisiez un 486 pour de vrai à l’époque, il est tentant de le considérer comme un concurrent, mais en pensant au nombre de plates-formes successives qui sont passées devant mon bureau au cours des années qui ont suivi, cela me fait comprendre à quel point cette vénérable plate-forme est vraiment ancienne. Nous avons jeté un coup d’œil à l’état du monde 486 dans les paragraphes ci-dessus, et nous supposons que la prise en charge des processeurs 486 manquera à très peu de gens. Et vous, utilisez-vous un 486 pour quelque chose ? Faites le nous savoir dans les commentaires.

Image d’en-tête : Oligopolisme, CC0.