Comment se lancer dans le développement de jeux informatiques en 1982

Si vous êtes un adepte du rétro-informatique, vous avez peut-être attrapé l’interactivité Miroir noir épisode Bandersnatch quand il est sorti sur Netflix. Son portrait d’un jeune codeur de chambre britannique qui se frayait un chemin dans l’industrie des jeux informatiques à domicile au début des années 1980 était bien sûr fictif et dramatisé, mais pour ceux qui s’intéressent à un parallèle de la vie réelle sans que le protagoniste ne succombe à une obsession du livre surnaturel, il y a un fil Twitter épique récent tracer le chemin d’un vétéran de l’industrie dans l’entreprise.

Une lettre d'acceptation comme celle-ci d'Artic Software aurait été le rêve le plus fou de tout codeur de chambre du début des années 80.
Une lettre d’acceptation comme celle-ci d’Artic Software aurait été le rêve le plus fou de tout codeur de chambre du début des années 80.

[Shahid Kamal Ahmad] a maintenant un portefeuille impressionnant couvrant ses près de quatre décennies à la pointe du jeu, mais son histoire commence en 1982 en tant qu’adolescent pakistanais britannique diabétique d’un milieu non privilégié à Londres écrivant en BASIC sur son Atari 400. Ses jeux BASIC sont bons , mais pas assez bon pour se faire accepter par un éditeur, alors il vend son précieux vélo BMX pour acheter des livres sur l’assembleur Atari 6502, un percolateur à café, et par curiosité, [Rodnay Zaks’] Programmation du Z80. Un apprentissage obsessionnel de trois mois de la programmation 6502 et de l’architecture d’Atari s’ensuit, et son jeu Tempête dans une tasse de thé vend à Artic Software. C’est un développeur de jeux professionnel.

Nous le suivons à travers quelques autres projets jusqu’à ce qu’il arrive à Software Projects à Liverpool pour essayer de vendre son jeu Visages de Haarne, pour lequel il sécurise l’édition mais décroche également l’opportunité d’une vie. Jet Set Willy est le hit de l’année sur le ZX Spectrum, et ils ont un besoin urgent d’un port Commodore 64. Peut-il le faire en quatre semaines, avec un bonus s’il en réussit trois ? La descente subséquente dans le codage d’assemblage à haute pression et l’apprentissage des bizarreries entre deux architectures 8 bits complètement différentes est une épopée en soi, mais il la gère en un rien de temps au cours des trois semaines et ils lui versent quand même le bonus. Sa carrière dans l’industrie du jeu vidéo est cimentée.

A travers ce conte, les rappels de la Grande-Bretagne des années 1980 sont partout, loin d’apporter un paradis rétro, c’était un endroit creusé par le déclin industriel, avec très peu de choses pour les plus bas de la société sur lesquelles être optimistes. Ses descriptions du racisme occasionnel sont percutantes, mais le groupe d’amis accros à l’informatique à l’école est probablement quelque chose auquel tous les adolescents de l’époque dont les intérêts se situent dans cette direction peuvent s’identifier. Le véritable héros de l’histoire est probablement sa mère, qui a d’une manière ou d’une autre trouvé les ressources pour cet Atari 400 et qui lui a apporté le soutien et les encouragements dont il avait tant besoin.

Ce fil capture une ère unique et à ne jamais répéter dans laquelle un adolescent pourrait maîtriser une technologie émergente et gagner sa vie sans une éducation coûteuse. Comme la description de Bil Herd de sa carrière chez Commodore à la même période, cela vaut la peine d’être lu.