Critique de « Grand Theft Auto: The Trilogy – The Definitive Edition » : une opportunité manquée

je ne peux pas croire cela fait plus de 20 ans que Grand Theft Auto III a été libéré. Je suis assez vieux pour me souvenir d’avoir joué au jeu original en 2D de haut en bas sur mon premier PC, mais c’était GTA 3 sur la PlayStation 2 qui a fait passer la série à la vitesse supérieure.

Le jeu comportait une vue 3D de l’action et une liberté rafraîchissante qui a inauguré une nouvelle ère de jeux en monde ouvert. Il serait difficile d’exagérer son influence, mais deux décennies, c’est long dans le jeu, et son âge se voit. Pour remettre au goût du jour ce classique et produire un remaster digne des Grand Theft Auto : La trilogie, l’édition définitive l’étiquette demanderait de la patience, de l’attention et de l’habileté. Malheureusement, Rockstar a confié la tâche à Grove Street Games, et il semble qu’ils n’aient pas eu le temps ou les ressources nécessaires pour lui rendre justice.

De retour dans les rues méchantes de Liberty City (vaguement basé sur New York), je me sens instantanément à l’aise dans un pantalon cargo et une veste en cuir alors que je booste une Banshee et pars travailler pour la famille Leone. Vous incarnez le silencieux Claude dans GTA 3, l’introduction d’une trilogie qui comprend Grand Theft Auto Vice City et San Andreas. Poussant au-delà de la première bouffée de joie nostalgique alors que je brûle du caoutchouc et que je feuillette les stations de radio, je suis frappé par la cruauté de tout – l’humour, bien sûr, mais aussi la conception de la mission, les configurations élimées et l’art remasterisé.

Vous pouvez tracer une sophistication croissante au fur et à mesure que vous passez du prototype GTA 3 à travers les années 80 – rêve de fièvre néon de film d’action de Cité du vice, avec des succès musicaux sous licence de Blondie et des doublages de Ray Liotta, à l’histoire captivante, à la guerre des gangs, au développement des personnages et à la profondeur de San Andreas. La série s’agrandit et s’améliore à chaque pas, et le tout conquérant GTA V a une dette importante envers ses prédécesseurs. C’est donc triste de les voir si négligemment manipulés.

Il y a plein de bugs dès la sortie de la porte dans les trois titres. Trop pour les mentionner, mais les faits saillants incluent plus d’un crash dans le menu PS5, tomber à travers la carte, conduire une moto tout en étant encastré de côté dans la rue, des PNJ courant en cercles sans fin, un nuage de morts carbonisés flottant en permanence dans les airs après un l’explosion d’un hélicoptère et un CJ multicolore chevauchant un vélo qui défie les lois de la physique. J’ai joué sur PS5, mais apparemment, il y a des problèmes encore plus importants avec les versions PC et Switch. À vrai dire, ces jeux GTA ont toujours été un peu buggés, mais vous avez pardonné l’étrange problème de physique ou la voiture qui explose parce que l’échelle du monde ouvert était si impressionnante à l’époque. Mais ce n’est plus vrai, et d’ailleurs, beaucoup de ces bugs sont nouveaux.

Grand Theft Auto Vice City

Photographie : Jeux Rockstar