Le rapport de l’ONU a révélé que les gaz à effet de serre réchaufferaient probablement la planète d’au moins 1,5 °C au-dessus des conditions préindustrielles au cours des 20 prochaines années, alimentant des vagues de chaleur, des inondations et des sécheresses plus fréquentes et plus graves. Une fois que cela se produit, l’élimination du carbone est essentiellement le seul moyen de ramener le climat dans une zone plus sûre, car le gaz à effet de serre persiste pendant des centaines à des milliers d’années dans l’atmosphère. (Une dernière alternative est peut-être une forme de géo-ingénierie qui renvoie la chaleur dans l’espace, mais ce sujet présente toutes sortes de controverses et de préoccupations différentes.)

Le modèle utilisé pour créer le scénario le plus optimiste du rapport, qui limite le réchauffement à 1,5 °C, suppose que le monde trouvera des moyens d’éliminer environ 5 milliards de tonnes de dioxyde de carbone par an d’ici le milieu du siècle et 17 milliards d’ici 2100. (Le scénario est connu sous le nom de « SSP1-1.9 » et ces chiffres sont basés sur une analyse de données antérieures par Zeke Hausfather, climatologue au Breakthrough Institute et auteur contribuant à l’évaluation de l’ONU.)

Cela nécessite de développer des technologies et des techniques capables de retirer chaque année autant de CO2 de l’atmosphère que l’ensemble des États-Unis en a émis en 2020, au cours des 30 prochaines années seulement.

Dans ce modèle, la quasi-totalité de l’élimination du carbone est réalisée grâce à une approche « artificielle » connue sous le nom de bioénergie avec capture et stockage du carbone, ou BECCS. Fondamentalement, cela nécessite de cultiver des cultures qui consomment du CO2, puis d’utiliser la biomasse récoltée pour produire de la chaleur, de l’électricité ou des carburants, tout en captant et en stockant les émissions qui en résultent. Mais malgré les milliards et les milliards de tonnes d’élimination de carbone sur lesquels les modèles climatiques misent via BECCS, cela n’a été fait que dans des projets à petite échelle à ce jour.

La plus petite quantité d’élimination restante dans le modèle est effectuée par des solutions « naturelles » telles que le reboisement et la plantation d’arbres (voir l’illustration ci-dessous).

L’ampleur de l’élimination du carbone requise dans le modèle de système énergétique utilisé pour créer le scénario SSP1-1.9 décrit ci-dessus.

ZEKE HAUSFATHER, L’INSTITUT DE RUPTURE

D’autres approches techniques sont également immatures, notamment les machines à succion du carbone et diverses manières d’accélérer les processus naturels par lesquels les minéraux et les océans absorbent et stockent le CO2. Il s’est avéré difficile de développer des systèmes pour inciter et mesurer de manière fiable l’élimination du carbone par le biais de systèmes naturels tels que les forêts et le sol.

L’évaluation du GIEC de lundi a noté qu’il existe de nombreuses autres limitations et difficultés.

D’une part, alors que l’élimination du carbone réduit le niveau de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, le rapport note que cet effet peut être compensé dans une certaine mesure. Des études de modélisation ont montré que les océans et les terres commencent à libérer plus de CO2 en réponse à cette chimie atmosphérique changeante sur certaines périodes, ce qui compromet les avantages.

De plus, alors que l’élimination du carbone pourrait progressivement atténuer les augmentations de température et l’acidification des océans, elle n’inverse pas comme par magie tous les impacts climatiques. Notamment, il faudrait encore des siècles pour ramener les océans aux niveaux autour desquels nous avons construit nos villes côtières, souligne le rapport. Il pourrait y avoir des dommages quasi irréversibles aux calottes glaciaires, aux récifs coralliens, aux forêts tropicales humides et à certaines espèces, en fonction du réchauffement du monde avant que nous réduisions considérablement les émissions et augmentions l’élimination du carbone.